Le CN fait son mea culpa

Dans le but de répondre à la demande, le CN offrira notamment des primes à certains cadres responsables des activités afin de retarder leurs congés ainsi que des départs à la retraite.
Photo: Andrew Vaughan La Presse canadienne Dans le but de répondre à la demande, le CN offrira notamment des primes à certains cadres responsables des activités afin de retarder leurs congés ainsi que des départs à la retraite.

Deux jours après avoir montré la porte à son principal dirigeant, le Canadien National (CN) a fait son mea culpa à propos de la détérioration de son service, mercredi, en plus de promettre des embauches et des investissements pour corriger le tir.

Le président-directeur général par intérim, Jean-Jacques Ruest, a offert ses excuses aux producteurs céréaliers des Prairies, à l’origine des nombreuses critiques formulées à l’égard du transporteur ferroviaire au cours des derniers mois. « Toute l’équipe est animée par un sentiment d’urgence et concentre ses efforts afin de bien faire les choses (pour) regagner la confiance des entreprises canadiennes », a-t-il expliqué par voie de communiqué.

Dans le but de répondre à la demande, la Compagnie des chemins de fer nationaux du Canada offrira notamment des primes à certains cadres responsables des activités afin de retarder leurs congés ainsi que des départs à la retraite. Le plus important transporteur ferroviaire au pays, dont le siège social se trouve à Montréal, proposera également à des récents retraités de revenir au travail en plus d’affecter des cadres à la conduite de trains supplémentaires.

« Nous offrirons un suivi hebdomadaire du transport des céréales et nous collaborerons avec nos clients du secteur céréalier », a précisé M. Ruest. Âgé de 62 ans, celui qui occupait le poste de vice-président directeur remplace de façon intérimaire Luc Jobin, qui a déjà quitté le Canadien National au terme d’un règne de moins de deux ans marqué par des problèmes d’exécution.

D’après des données de la coalition Ag Transport, le CN et le Canadien Pacifique (CP) n’ont fourni que 38 % des wagons commandés par les compagnies céréalières pour la semaine du 12 février. Le CN affirme que ses livraisons de la dernière semaine ont affiché une croissance de 35 % par rapport à la moyenne enregistrée le mois dernier. Au quatrième trimestre, le ratio d’exploitation du CN s’était notamment détérioré de près de quatre points pourcentage, s’établissant à 60,4 %.

Cette sortie survient après que les ministres des Transports, Marc Garneau, et de l’Agriculture, Lawrence MacAulay, eurent envoyé une lettre aux deux sociétés ferroviaires afin de leur faire part de leur mécontentement. La missive soulevait « d’importantes préoccupations » entourant la détérioration du service et l’incapacité du CN et du CP à répondre aux besoins de leurs clients au cours de l’hiver. MM. Garneau et MacAulay avaient donné jusqu’à la semaine prochaine au CN et au CP pour expliquer comment ils entendaient corriger le tir.

En plus d’avoir affecté les agriculteurs, qui sont payés une fois que les céréales ont été livrées, les ratés du service ferroviaire ont aussi eu une incidence négative sur les livraisons de compagnies dans les secteurs de l’énergie et de la forêt.