Les ventes de maisons à Montréal ont grimpé de 5% en février

Au total, 4081 habitations ont été vendues le mois dernier dans la région métropolitaine.
Photo: Michaël Monnier Archives Le Devoir Au total, 4081 habitations ont été vendues le mois dernier dans la région métropolitaine.

Les ventes de logements dans la région de Montréal ont progressé de 5 % le mois dernier, par rapport à février 2017, tandis que le nombre de résidences inscrites à la vente a chuté de 17 %, a indiqué mardi la Chambre immobilière du Grand Montréal (CIGM).

Au total, 4081 habitations ont été vendues le mois dernier dans la région métropolitaine. Il s’agissait d’une 36e hausse mensuelle consécutive pour la région, et du mois de février le plus occupé depuis celui de 2012.

Comme cela a été le cas pour 21 des 24 derniers mois, l’augmentation des ventes de copropriétés a été la plus forte au chapitre des types de logements, avec une croissance de 14 %.

Les ventes de maisons unifamiliales et de plex ont affiché des augmentations de 1 % et de 3 %, respectivement.

Le prix médian des maisons unifamiliales dans le Grand Montréal a atteint 310 000 $ le mois dernier, ce qui représentait une hausse de 6 % sur une base annuelle. Le prix médian des plex a grimpé à 481 500 $, soit une augmentation de 1 %.

Du côté des copropriétés, le prix médian a progressé de 5 % le mois dernier par rapport à février 2017. La moitié des copropriétés se sont vendues à plus de 250 000 $.

« L’accélération de la hausse des prix est le résultat direct de conditions du marché qui sont de plus en plus serrées, elles-mêmes attribuables à un recul de l’offre de propriétés à vendre », a expliqué dans un communiqué le président du conseil d’administration de la CIGM, Mathieu Cousineau.

Dans l’ensemble, cinq des six grands secteurs de la région métropolitaine ont vu leurs ventes progresser. La ville de Laval était la seule exception à ce chapitre, avec un repli des ventes de 3 %.

La plus forte croissance des ventes de février a été celle du secteur de Vaudreuil-Soulanges, qui a atteint 21 %. Les ventes des secteurs de la Rive-Sud, de Saint-Jean-sur-Richelieu et de l’île de Montréal ont pour leur part avancé de 10 %, 7 % et 5 % respectivement. La croissance des transactions sur la Rive-Nord a été plus modeste et s’est établie à 2 %.