MEC rompt ses liens avec un fabriquant d’armes à feu

Photo: Jonathan Hayward Archives La Presse canadienne

Le détaillant de matériel de plein air Mountain Equipment Co-op (MEC) a annoncé jeudi la fin de ses relations commerciales avec le groupe américain Vista Outdoors, dont une filiale fabrique des fusils d’assaut.

MEC est la première entreprise canadienne à s’inscrire dans le mouvement américain de boycottage ou de restriction de la vente d’armes à feu, dans le cadre du débat relancé par la tuerie à l’école Marjory Stoneman Douglas, à Parkland, en Floride, où un jeune de 19 ans a tué 17 élèves.

Dans une lettre ouverte adressée aux cinq millions de membres de la coopérative, le p.-d.g. David Labistour reconnaît ainsi « que plusieurs marques vendues chez MEC sont la propriété d’une société qui détient des parts dans la fabrication d’armes d’assaut ».

Face aux « préoccupations » exprimées par « des milliers de membres de MEC », « nous suspendons toute commande passée aux cinq marques que possède Vista Outdoors et que nous vendons (Bollé, Bushnell, CamelBak, Camp Chef, Jimmy Styks) », annonce-t-il.

Les produits de ces marques actuellement en stock continueront à être vendus jusqu’à épuisement, a-t-il expliqué.

La moitié des revenus de Vista Outdoors provient de la vente d’armes à feu et de munitions. Ce groupe établi dans l’État américain de l’Utah distribue notamment une arme similaire à celle utilisée lors de la fusillade de Floride, le 14 février dernier.

MEC ne vend pas d’armes à feu, mais distribue des lunettes pour fusils, et toute une panoplie de sacs à dos, gourdes ou autres produits dérivés de l’équipement des soldats américains et manufacturés par CamelBak. Les autres marques de Vista Outdoors sont elles spécialisées dans les lunettes de soleil ou les casques de cyclisme (Bollé), les télescopes (Bushnell) ou encore les barbecues (Camp Chef).

La décision de MEC intervient au lendemain de celles prises par trois grandes enseignes américaines, dont Walmart, de restreindre la vente d’armes dans leurs magasins. Auparavant, des compagnies aériennes, des loueurs de voitures, des assureurs et une société de sécurité informatique avaient annoncé la fin des avantages consentis aux membres de la NRA (National Rifle Association), le puissant lobby américain des armes.