Donald Trump signe un rapport qui contredit ses propres idées commerciales

Le rapport annuel, publié la semaine dernière par la Maison-Blanche, réfute un certain nombre de déclarations et de politiques déjà évoquées par le président Donald Trump. 
Photo: Evan Vucci Associated Press Le rapport annuel, publié la semaine dernière par la Maison-Blanche, réfute un certain nombre de déclarations et de politiques déjà évoquées par le président Donald Trump. 

Le président américain, Donald Trump, a dévoilé un rapport qui contredit ses propres idées sur le commerce. M. Trump a même signé l’avant-propos du Rapport économique du président de 2018.

Le rapport annuel, publié la semaine dernière par la Maison-Blanche, réfute un certain nombre de déclarations et de politiques déjà évoquées par le président, notamment sur le Canada.

Donald Trump a déjà insisté à plusieurs reprises sur l’existence d’un présumé déficit commercial des États-Unis avec le Canada et il a répété lundi que son pays « [perdait] beaucoup face au Canada. Les gens ne le savent pas. Le Canada est très mielleux. Ils vous font croire que c’est merveilleux. Ce l’est, pour eux. Mais ce n’est pas merveilleux pour nous », a-t-il déclaré.

Pourtant, le document qu’il a signé révèle que le Canada fait partie des quelques pays avec lesquels les États-Unis réalisent en fait un excédent commercial. Le document mentionne ce fait à trois endroits différents. « Tous les pays démontrent un excédent pour les services [aux États-Unis] qui surpasse leur déficit pour les biens, et les États-Unis ont un surplus bilatéral net seulement avec le Canada et le Royaume-Uni », est-il écrit dans le rapport.

« Les États-Unis avaient un excédent commercial de 2,6 milliards de dollars américains avec le Canada, selon la balance des comptes internationaux », ajoute-t-on. Dans une autre partie, le document indique que les États-Unis réalisent des excédents commerciaux avec des pays comme le Canada et Singapour, et des déficits avec d’autres, comme le Mexique et la Corée du Sud.

Le rapport contredit aussi le président en affirmant que les échanges commerciaux ont aidé l’économie américaine à croître et que les économies s’éloignent de plus en plus du secteur manufacturier. Il reconnaît en outre les mérites des relations internationales et le bilan américain au chapitre du règlement des disputes internationales, en plus de faire valoir que la renégociation d’accords commerciaux n’est pas une façon de corriger un déficit commercial. « Le commerce et la croissance économique ont une corrélation positive et forte », est-il écrit.

Le rapport admet cependant que les accords commerciaux peuvent faire des gagnants et des perdants dans un même pays. Mais il indique que les États américains le long de la frontière sont les plus grands gagnants de l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). Il conclut en disant qu’en général, le commerce crée des emplois, et cite une étude selon laquelle chaque hausse d’un point de pourcentage du ratio du commerce au PIB se traduisait par une augmentation d’entre 0,5 et 2 % du revenu par habitant.

« C’est une réprimande cinglante […] pour le président et son équipe au commerce », a écrit sur Twitter Scott Lincicome, du Cato Institute, une organisation favorable au commerce. Le document de 563 pages a été élaboré par le groupe de conseillers économiques de M. Trump. Entre-temps, certains médias américains rapportent que le président cherche à promouvoir le faucon du commerce Peter Navarro à un plus haut poste au sein de la Maison-Blanche.

Le président a fait ces commentaires alors que les délégations mexicaine, américaine et canadienne ont entamé dimanche à Mexico un autre cycle de négociations en vue de renouveler l’ALENA.