L’aviation civile a continué d’améliorer sa performance en 2017

Le 14 octobre 2017, un avion cargo s’est écrasé au large de la Côte d’Ivoire, tuant quatre personnes.
Photo: Issouf Sanogo Agence France-Presse Le 14 octobre 2017, un avion cargo s’est écrasé au large de la Côte d’Ivoire, tuant quatre personnes.

L’aviation civile internationale a amélioré sa performance en matière de sécurité en 2017. Le taux d’accident a été ramené à 1,08 par million de vols.

Au cours de 2017, 4,1 milliards de passagers ont voyagé sur un total de 41,8 millions de vols commerciaux. Ces données coiffent un bilan sans cesse amélioré au chapitre de la sécurité. Selon les statistiques de l’Association internationale du transport aérien (IATA en anglais), le taux d’accident par million de vols a été de 1,08 l’an dernier, contre 1,68 en 2016 et une moyenne sur cinq ans de 2,01 pour la période 2012-2016.

On parle donc de 45 accidents en 2017 contre 67 en 2016 et une moyenne annuelle de 75 sur cinq ans. Du nombre, six ont causé des décès, avec 19 mortalités parmi les passagers et les membres d’équipage, comparativement à 9 accidents avec décès faisant 202 victimes en 2016.

Pour les vols par avion à réaction, qui retiennent généralement autour de 80 % des vols commerciaux exploités, le taux d’accident a été ramené à 0,11, soit l’équivalent d’un accident majeur pour 8,7 millions de vols. « Il s’agit d’une nette amélioration par rapport au taux de 0,39 comptabilisé en 2016, et à celui de 0,33 pour la période 2012-2016 », a souligné l’IATA.

Par grandes régions, la Communauté des États indépendants, abritant d’anciennes républiques soviétiques, affiche la pire performance avec un taux de 0,92 accident (avec perte de coque) par million de départs dans le segment des avions à réaction. Ce taux atteint 16,44 dans celui des turbopropulsés. Sur cinq ans, la moyenne est de 1,17 et de 20,6 respectivement.

Suit l’Afrique, avec aucun accident en 2017 impliquant un avion à réaction, mais près de six dans le segment des turbopropulsés. La moyenne entre 2012 et 2016 est respectivement de 2,2 et de 7,4. L’IATA note, toutefois, une amélioration sensible en Afrique subsaharienne, qui affiche zéro accident avec décès, tous types d’appareil confondus, pour une deuxième année de suite.

En Amérique du Nord, l’IATA ne comptabilise aucun accident (avec perte de coque) touchant les avions à réaction, et l’équivalent d’un (par million de départs) impliquant un turbopropulsé. La moyenne sur la période de cinq ans est de 0,22 et de 0,98 respectivement.

C’est en Europe que la performance sur l’intervalle 2012-2016 est la meilleure, avec un taux respectif de 0,14 et de 0,73.

Dans ses récentes projections, l’Organisation de l’aviation civile internationale rappelle que le nombre de vols commerciaux et de passagers double tous les 15 ans. Selon les revenus passagers-kilomètres (RPK), le trafic passagers a crû de 5,2 % par année au cours de la période 1995-2012. Ce rythme baissera à 4,6 % sur la période 2012-2032. Au total, ce trafic augmentera de 85 % d’ici 2032, pour atteindre les 13 milliards de RPK.