L’inflation s’accélère aux États-Unis

Selon les chiffres du ministère du Travail, l’indice des prix à la consommation a avancé de 0,5 par rapport à décembre.
Photo: Scott Olson Getty Images AFP Selon les chiffres du ministère du Travail, l’indice des prix à la consommation a avancé de 0,5 par rapport à décembre.

Washington — L’inflation a confirmé son retour aux États-Unis en janvier, affichant son rythme le plus rapide en quatre mois, ce qui a immédiatement relancé la volatilité à Wall Street.

Une résurgence de l’inflation pourrait encourager la Banque centrale américaine (Fed) à relever plus rapidement ses taux d’intérêt susceptibles de plomber les prix des actions, de tendre le marché obligataire et de faire remonter le billet vert.

Selon les chiffres du ministère du Travail, l’indice des prix à la consommation a avancé de 0,5 par rapport à décembre en données corrigées des variations saisonnières. C’est sa plus forte augmentation depuis septembre. Sur un an, l’indice a progressé de 2,1 %, un chiffre légèrement supérieur, comme en décembre, à la cible de 2 % de la Fed.

Après la publication de ces chiffres, Wall Street a ouvert en baisse, l’indice symbolique Dow Jones perdant environ 0,4 % en début de séance alors que les principaux indices boursiers européens s’affichaient également en recul. Le Dow Jones s’est ensuite repris en milieu de matinée, pour s’inscrire modestement dans le vert.

Selon les résultats définitifs à la clôture, le Dow Jones a finalement pris 1 % ou 253,04 points à 24 893,49 points. Le Nasdaq, à forte coloration technologique, a avancé de 1,9 % ou 130,10 points à 7143,62 points. L’indice élargi S&P 500 a progressé de 1,3 %, ou 35,69 points, à 2698,63 points.

« Les investisseurs ont également suivi les données sur les ventes au détail, qui montrent un recul en matière de consommation et donc une tension inflationniste moins grande dans les prochains mois », a remarqué Sam Stovall, de CFRA. « Il est difficile d’imaginer une inflation hors de contrôle si la consommation ne s’accélère pas », a noté sur le même sujet Gregori Volokhine, de Meeschaert Financial Services.

« Une inflation plus soutenue est déjà là et la Fed va être obligée d’y répondre », a déclaré Michael Pearce, de Capital Economics, prédisant désormais quatre hausses des taux, la première survenant dès la réunion monétaire des 20 et 21 mars.

Pourtant, la remontée des chiffres de l’inflation, même si elle agite les marchés, n’est pas vraiment une surprise. L’inflation a été muette pendant des années, au point que les économistes se sont demandé si un changement structurel dans l’économie expliquait ce silence. Mais l’ex-présidente de la Fed, Janet Yellen, a toujours estimé que ce n’était que temporaire.

Le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin, a, lui, assuré mercredi devant le Congrès que « les salaires allaient augmenter dans les mois à venir » et que les Américains allaient « sentir l’effet des baisses d’impôt ».