Trump menace de sanctions commerciales ses partenaires, dont le Canada

«Nous ne pouvons pas continuer de laisser d’autres pays profiter de nous», a déclaré lundi le président Trump lors du dévoilement d’un programme d’investissement dans les infrastructures.
Photo: Mandel Ngan Agence France-Presse «Nous ne pouvons pas continuer de laisser d’autres pays profiter de nous», a déclaré lundi le président Trump lors du dévoilement d’un programme d’investissement dans les infrastructures.

Donald Trump promet d’imposer de nouvelles sanctions tarifaires contre ceux, comme le Canada, qui se prétendent faussement, selon lui, les alliés commerciaux des États-Unis.

« Nous ne pouvons pas continuer de laisser d’autres pays profiter de nous », a déclaré devant des journalistes lundi le président américain lors du dévoilement d’un important programme d’investissement dans les infrastructures. « Certains d’entre eux se prétendent nos alliés, mais n’agissent pas comme des alliés en matière commerciale, a-t-il dénoncé. Aussi nous assurerons-nous de leur imposer une taxe réciproque dont vous entendrez parler cette semaine et dans les prochains mois. »

Le président républicain a notamment déploré que les États-Unis « perdent des sommes importantes avec la Chine, le Japon et la Corée du Sud ». Il a aussi dénoncé son voisin juste au nord de la frontière. « Le Canada n’est pas correct avec nous en matière agricole et de passage à la frontière », a-t-il déclaré sans plus expliquer les comportements reprochés à son voisin canadien ni la forme précise que prendraient ses sanctions commerciales.

Ces déclarations de Donald Trump ont surpris certains de ses proches conseillers, qui avouaient qu’aucun plan concret n’avait encore été établi sur la question, rapportait lundi le Wall Street Journal.

Ce n’est qu’un début

Le gouvernement Trump avait évoqué l’an dernier l’idée d’une « taxe d’ajustement aux frontières » qui aurait été appliquée en fonction du lieu de vente d’un produit, et qui aurait eu pour effet voulu de taxer les importations et d’exempter les exportations. Le projet s’était heurté à la peur, chez les élus du Congrès américain, qu’il déclenche une guerre commerciale avec les principaux partenaires économiques des États-Unis. La majorité républicaine à la Chambre des représentants avait évoqué de nouveau le projet lors de l’étude du budget cet automne avant de le remballer encore une fois.

Agriculture et bois d’oeuvre

En matière agricole, Donald Trump s’est souvent plaint du traitement injuste qu’aurait fait subir selon lui le système canadien de gestion de l’offre, notamment à des producteurs laitiers américains. Il a aussi joint sa voix à la cause des producteurs américains qui ont lancé contre le Canada un cinquième conflit du bois d’oeuvre en 35 ans.

Outre les sanctions commerciales infligées dans ce conflit contre les importations canadiennes de bois, les États-Unis frappent aussi actuellement de droits compensateurs les producteurs canadiens de papier non couché, dont le papier journal. Washington a commencé aussi à s’en prendre récemment aux importations de panneaux solaires et machines à laver de différents pays, dont la Chine, et s’apprêterait à faire de même dans l’acier et l’aluminium.

Donald Trump a réitéré, lundi, son intention de mettre de l’ordre dans les relations commerciales établies par ses prédécesseurs, qu’il a accusés d’avoir été complaisants et trop « paresseux » pour défendre adéquatement les intérêts commerciaux et économiques américains. Cela l’a déjà amené à forcer la renégociation de l’Accord de libre-échange nord-américain.