Frénésie chez les investisseurs et à la bourse du cannabis

Un bassin d’usagers qui compte déjà 235 000 patients inscrits, des titres dont la valeur boursière triple en moins d’un an, des producteurs qui achètent leurs concurrents, des analystes qui n’hésitent pas à parler d’une bulle : l’industrie canadienne du cannabis médical, qui voit le déblocage du marché récréatif cette année comme un tremplin vers l’international, se dépêche de tout mettre en place. Une course qui témoigne d’un certain potentiel, mais qui appelle aussi à la prudence.

De 2001 à 2013, Santé Canada n’a eu qu’un seul fournisseur, CanniMed, une société de Saskatoon. Ils sont aujourd’hui 89 à détenir des permis de production un peu partout au pays, et les investisseurs, flairant la bonne affaire, s’arrachent les actions de ceux qui se sont inscrits en Bourse.
 

 

Spéculation ou simple réalisme devant la perspective de ces millions de consommateurs susceptibles de passer du marché noir au marché légal ?

« Ce n’est pas le bon moment pour investir », croit Mark Rosen, un juricomptable qui a cofondé le cabinet torontois Accountability Research. Les compagnies ne dégagent à peu près pas de profits et elles dépensent davantage que ce qui entre dans leurs coffres, dit-il. Si un investisseur achetait quelques centaines d’actions demain matin, il pourrait être pas mal déçu. 

Les revenus de l’industrie ne justifient pas la valeur globale boursière des compagnies. Quelque chose va casser. Et les plus petits noms pourraient perdre beaucoup de valeur. » Vendredi, quelques jours après l’entrevue, certains titres ont perdu plus de 10 % et 15 % dès l’ouverture des marchés.
 

Acheter à gros prix

CanniMed, d’ailleurs, vient d’accepter une offre d’achat hostile de la part d’Aurora Cannabis, un concurrent qui construit un immense complexe sur les terrains de l’aéroport d’Edmonton et qui possède également un site de production à Pointe-Claire. La bataille, pendant laquelle Aurora a été obligée d’en mettre plus sur la table, a duré un mois et demi. Finalement, Aurora paiera 1,1 milliard en actions et en argent comptant… pour une compagnie dont les revenus de l’an dernier étaient de 17 millions.

« Ce que nous achetons, c’est une compagnie dont la philosophie de production est comme la nôtre, basée sur une très haute technologie. Ça nous distingue de nos pairs », dit Cam Battley, vice-président d’Aurora Cannabis.

« Le but est de devenir un joueur mondial, dominant et entièrement intégré. Il faut faire vite. Il y a une fenêtre sans précédent où les compagnies canadiennes peuvent faire leur marque à l’échelle mondiale, pratiquement sans concurrence. »

Si les exportations prennent des allures d’eldorado, c’est que certains marchés ont des particularités intéressantes. En Italie, par exemple, le cannabis médical est couvert par l’assurance.

La flambée du prix des actions ne représente pas ce que valent actuellement les compagnies, reconnaît Cam Battley. « Mais ce n’est pas une situation typique où vous investissez dans des compagnies à croissance lente qui sont là depuis des décennies. Nous avons l’occasion de créer des compagnies mondiales à grande vitesse. » Les valeurs boursières des grandes compagnies reflètent les prévisions des analystes pour les revenus et profits en 2019, dit-il.

« Est-ce que c’est comme la bulle techno ? Non. Ce que nous avons, c’est un marché qui existe déjà et qui est solide. Ce marché est mûr pour passer entre les mains d’une industrie réglementée. »

 

Les principaux piliers

Qui sont les grands joueurs ? Outre Aurora et CanniMed, une liste non exhaustive pourrait comprendre :

Canopy Growth, dont la valeur boursière est de 5,8 milliards, s’est associé au rappeur Snoop Dogg.

La compagnie veut convertir le complexe des Serres Bertrand, qui produit des tomates, en une installation capable de faire pousser 60 000 kg de cannabis par année.

Aphria, qui va débourser 826 millions pour Nuuvera, un joueur qui compte des partenaires en Allemagne et en Italie. À la Bourse de Toronto, la société vaut 2,8 milliards.

Organigram, situé au Nouveau-Brunswick, qui développe une ligne de vaporisateurs.

CannTrust, qui possède des brevets canadien et américain pour des capsules de café baptisées « Brew Budz ».

Hydropothicaire, situé à Gatineau, qui souhaite agrandir ses installations à 1,3 million de pieds carrés.

S’ils ont des visées à l’international, les producteurs ciblent d’abord et avant tout le marché local. Environ 4,9 millions de Canadiens ont consommé du cannabis l’an dernier, a affirmé récemment Statistique Canada.

Au rythme de 1200 $ par personne, cela laisse prévoir un marché de 5,9 milliards, a ajouté l’agence.

À titre comparatif, les achats d’alcool seraient d’environ 22,3 milliards.

Un marché existant

Invité à faire une comparaison avec la bulle techno, l’analyste Chris Damas, éditeur du BCMI Cannabis Report, fait lui aussi remarquer que les usagers existent déjà.

« C’est un produit consommable. C’est déjà là, les gens fument. Statistique Canada dit qu’il y a 4,9 millions d’usagers au Canada. On ne les a pas découverts du jour au lendemain. » Qui va en bénéficier ? « Le gouvernement, les grands producteurs licenciés, les clients si la qualité est supérieure au produit du marché noir. C’est un transfert de richesse. »

Les sociétés viables, selon M. Damas, qui est également analyste en produits agricoles et fertilisants, seront celles ayant une présence dans toutes les provinces ou une capacité d’exporter. « Mais pour un producteur provincial qui n’a aucune capacité d’exporter, il faudra miser sur un produit qui se distingue, comme une microbrasserie. » Tout dépendant du marketing qui sera permis, évidemment.

Des règles mouvantes

La semaine dernière, Santé Canada a pris de court les producteurs du cannabis médical en éliminant une règle en place depuis 2013 : l’installation de voûtes « hautement sécurisées », en béton armé et construites à grands frais.

Finie, aussi, la surveillance vidéo 24 heures sur 24 heures au-dessus des plantes. Pourquoi ? Même après mille inspections, le ministère n’a détecté aucun détournement vers le marché noir.

Un consultant interviewé par le Financial Post a affirmé que si le changement soudain peut froisser certaines compagnies en démarrage, il traduit aussi le fait que Santé Canada prend des décisions ancrées dans le réel. D’autres ont dit qu’ils auraient acheté une voûte quand même, ne serait-ce que pour satisfaire les assureurs.

« Ça veut dire que nous avons dépensé des millions pour des voûtes dont nous n’avons pas besoin aujourd’hui, semble-t-il, reconnaît Cam Battley, d’Aurora Cannabis. Mais nous n’allons pas pleurer des larmes de crocodile. Il fallait faire les preuves du système. »
 

La bourse des jeunes pousses

Depuis que la Bourse de Toronto a refusé d’inscrire des compagnies n’ayant pas de permis de production de Santé Canada, les sociétés en quête de capitaux se sont tournées vers le Canadian Securities Exchange (CSE). Fondé en 2003 pour des sociétés en démarrage, le CSE compte aujourd’hui un peu plus de 300 compagnies à sa cote, dont 60 se spécialisent dans le cannabis. « Manifestement, notre décision il y a trois ans d’accepter les demandes de sociétés ayant fait une demande de permis s’est avérée plutôt intelligente », a dit son président, Richard Carleton, dans une entrevue publiée sur le blogue de la Bourse. À tel point que le Globe and Mail, en titre mais sous forme de question, lui a récemment trouvé un nouveau nom : « Cannabis Stock Exchange ? ». La dernière à s’être inscrite s’appelle Sunniva, une compagnie albertaine qui n’a pas encore reçu sa licence de production au Canada, mais qui construit déjà des serres en Californie, près de Palm Springs. Il y en a des dizaines d’autres : Beleave, Cannabix, FinCanna Capital, Friday Night, Golden Leaf, Lifestyle Delivery Systems, Namaste Technologies... Les grands producteurs, eux, sont presque tous à la Bourse de Toronto.  
4 commentaires

Consultez la suite du dossier

  • Jacques Morissette - Abonné 3 février 2018 02 h 54

    Au fond, le cannabis n'est qu'un produit de plus dans la foire de la consommation aveugle. Une autre façon d'engranger du cash, pour la croissance économique et la compétition d'entrée de jeu pour la même raison.

  • Denis Paquette - Abonné 3 février 2018 07 h 15

    quelle naiveté de bien nantis

    étant déjà un produit de traficants, quelle naiveté de penser que les traficants n'essairont pas d'y prendre leur part, il faut vraiment ne pas avoir fréquenté les junkys pour avoir cette naiveté, ce qu'il faut savoir c'est qu'un junkys lorsqu'il est en crise est vraiment près a tout pour se procurer sa drogue, pour lui c'est une question de mort ou de vie, en crise il est pres a tout , voila comment la pègre arrive a s'administrer, a partir des besoins de ces pauvres gens, qui ne coute presque rien, tout ce qu'il faut c'est avoir le coeur suffisamment dur,voila ce que les policier vont avoir a dealer sans autres appuies suffisamment significatifs

  • Jean-Marc Simard - Abonné 3 février 2018 08 h 46

    Et les jeunes dans tout ça ???

    L'objectif poursuivi par le gouvernement Trudeau n'était-il pas de se donner des mesures de mieux contrôler la consommation du canabis chez les jeunes et d'enlever le marché aux organisation criminelles...Or depuis l'annonce de la légalisation du cannabis on assiste à la création frénétique de nouvelles entreprises vouées à la production et à l'écoulement du canabis dans un nouveau marché en développement accéléré...Ce nouveau marché, perçu comme devenant de plus en plus lucratif, entraîne même la conversion de certaines serres productrices de tomates en serres productrice de cannabis...N'y a-t-il pas là une grande arnaque libérale qui couve sous la mise en place de ce nouveau réseau d'entreprises ? Au point, à ce qu'il semble, que plusieurs anciens ministres libéraux influents se lancent dans la production de l'herbe magique, et que des argents en provenance des paradis fiscaux sont blanchis en financement de ces nouvelles entreprises... L'objectif de départ, justifiant la dite légalisation, sera-t-il respecté ? QUESTION: Comment contrôler la consommation du «pot» en en augmentant, voire en en surmultipliant, la production ? N'assiste-t-on à un branle-bas de combat économique légalisé dans le seul but de mieux engourdir la conscience de la population ? Surtout que toutes les études sur les effets nocifs de la fumée de pot n'ont pas encore été
    réalisées et les résultats révélés...Trudeau n'est-il pas en train de modifier la mentalité liée à la consommation du pot de malfaisante en bienfaisante ? Ce le sera sûrement pour l'économie...Mais pour la santé, on repassera...Pense-t-on toujours au bien-être de nos jeunes, à leur santé physique et mentale, ou bien si la quête de profit va encore l'emporter ? Trudeau est-il tout simplement en train de remplacer une économie mafieuse en une nouvelle économie qui bien que légale deviendra très immorale...Les jeunes sont-ils encore la préoccupation dominante dans ce tour de passe passe économique à la sauce libérale ?

  • Denis Paquette - Abonné 4 février 2018 06 h 32

    quelles imbécilitées

    allons-nous devoir vivre des guerres de clans exactement comme les ont vécues les mexicains, qu'elle incurie de nos élues, allons nous devoir compter nos morts, comme les mexicains ont faits toujours les memes niaiseries il fut un temps c'était l'alcool, maintenant c'est la drogue