Le rejet de Northern Pass donne espoir au concurrent

Le rejet du projet Northern Pass par le New Hampshire suscite l’espoir au sein du regroupement des producteurs d’électricité de la Nouvelle-Angleterre (NEPGA).
Photo: iStock Le rejet du projet Northern Pass par le New Hampshire suscite l’espoir au sein du regroupement des producteurs d’électricité de la Nouvelle-Angleterre (NEPGA).

Bien qu’il sème la déception chez Hydro-Québec et Eversource, le rejet du projet Northern Pass par le New Hampshire suscite l’espoir au sein du regroupement des producteurs d’électricité de la Nouvelle-Angleterre (NEPGA).

Selon leur président, Dan Dolan, il sera très difficile pour le Massachusetts de continuer à opter pour le projet de ligne de transport de la société d’État et de son partenaire américain pour s’approvisionner en électricité. « Même dans le plus optimiste des scénarios, je ne vois pas comment l’échéancier de Northern Pass, dont la mise en service est prévue en 2020, peut être respecté », a-t-il expliqué, vendredi, au cours d’une entrevue avec La Presse canadienne.

Si le Massachusetts change son fusil d’épaule, cela pourrait donner une nouvelle chance aux membres de la NEPGA, qui produisent environ 80 % de l’électricité de la Nouvelle-Angleterre. Ceux-ci avaient soumis plusieurs propositions à l’État américain l’an dernier.

Une semaine après avoir décroché un contrat « historique » au Massachusetts qui pourrait générer des revenus de 10 milliards sur 20 ans, Hydro-Québec et Eversource ont reçu un électrochoc jeudi quand la Commission d’examen du site au New Hampshire (SEC) a refusé d’octroyer une autorisation essentielle à la réalisation de Northern Pass. Le promoteur américain compte porter la cause en appel, mais pourrait devoir attendre jusqu’à la fin mars pour prendre connaissance de la décision écrite.

Le Massachusetts a continué vendredi de s’abstenir de commenter la décision de la SEC. Une porte-parole du département de l’Énergie et des Affaires environnementales a indiqué continuer à « suivre la situation de près », renvoyant les questions vers Eversource et les autorités du New Hampshire.

Si le Massachusetts décide d’emprunter une autre voie, on ignore toujours quelle est la deuxième proposition figurant sur sa liste finale, a rappelé M. Dolan, qui n’a pas voulu se réjouir trop rapidement. Dans les six options présentées, Hydro-Québec proposait deux autres tracés — par le Vermont et le Maine — en plus de Northern Pass. Ces scénarios demeurent sur la table et pourraient constituer une solution de rechange pour le Massachusetts.

1 commentaire
  • Marguerite Paradis - Inscrite 3 février 2018 11 h 41

    L'HYDRO -QUÉBEC : UNE ÉNERGIE D'ICI POUR ICI

    Pourquoi cette énergie « verte » bien de chez-nous n'est pas utilisée au Québec pour remplacer toutes les énergies « noires » d'ailleurs?
    Enfin, une belle marque de commerce pour le Québec!