Mission accomplie pour Janet Yellen

Appelée à prendre la suite des mesures exceptionnelles appliquées par Ben Bernanke en réponse à une crise financière aussi exceptionnelle, Janet Yellen a su mener la transition vers une normalisation de la politique monétaire.
Photo: Brendan Smialowski Agence France-Presse Appelée à prendre la suite des mesures exceptionnelles appliquées par Ben Bernanke en réponse à une crise financière aussi exceptionnelle, Janet Yellen a su mener la transition vers une normalisation de la politique monétaire.

Janet Yellen peut dire : « Mission accomplie. » Il appartiendra à son successeur de jongler avec les excès de celui qui l’a nommé.

Remplacée par Jerome Powell après un seul mandat de quatre ans, la présidente de la Réserve fédérale américaine termine son contrat après avoir réussi la délicate double manoeuvre du retour à la normalisation monétaire et du rétablissement d’une marge d’intervention.

Le bilan de Janet Yellen fait consensus. Appelée à prendre la suite des mesures exceptionnelles appliquées par Ben Bernanke en réponse à une crise financière aussi exceptionnelle, elle a su mener la transition vers une normalisation de la politique monétaire. Surtout, elle a résisté aux pressions exhortant à un resserrement plus rapide et prononcé des conditions monétaires afin d’atténuer les risques de bulle découlant d’une faiblesse persistante du loyer de l’argent. Sa patience, facilitée par une inflation dormante, s’est traduite par un juste équilibre entre les deux grands pôles de la mission de la Fed que sont l’emploi et l’inflation.

Aujourd’hui, l’économie américaine se dirige vers son plein potentiel et le taux de chômage oscille autour du niveau du plein-emploi. Et la Fed a pu ramener son taux directeur dans l’intervalle du 1,25-1,5 %, amorçant ainsi une reconstitution de son arsenal advenant un nouveau choc. Avec sur le radar trois nouvelles hausses de 25 points de base de son taux cible au jour le jour cette année, et deux l’année suivante.

Ce plan de match pourrait cependant être modifié. Le successeur Jerome Powell est un habitué de la banque centrale américaine. À titre de gouverneur, il a travaillé sous Ben Bernanke et a constamment appuyé les décisions monétaires prises sous la présidence de Mme Yellen. Or l’avertissement, encore timide mais réel, a été lancé mercredi. L’inflation montre des signes de réveil. Du moins, « elle devrait remonter cette année pour se stabiliser à moyen terme autour de la cible de 2 % ». Déjà, des analystes esquissaient mercredi un scénario tablant plutôt sur quatre hausses du taux cible en 2018.

S’ajoutent le protectionnisme et la stimulation économique à grande échelle de Donald Trump, dont les effets encore difficiles à mesurer devront être endigués par la Fed. On parle d’effet sur la devise américaine, sur l’inflation, organique et importée, et, par ricochet, sur les taux d’intérêt. Et leur rétroaction sur les dépenses de consommation, sur les déficits, sur l’endettement, public et privé, et sur la valorisation boursière.

On pense à cette ambitieuse réforme fiscale devant, selon les critiques, ajouter au moins 1000 milliards à la dette américaine au profit des multinationales, des entreprises et des contribuables les mieux nantis. Pour l’heure, la Fed s’en tient à son discours officiel voulant que le stimulant de 1400 milliards sur dix ans sous forme de baisse d’impôt aura, tout au plus, un impact modeste. Elle soutient que la cible de Donald Trump d’une croissance du PIB à 3 % ou plus reste un défi à atteindre, tout en reconnaissant toutefois qu’une « incertitude considérable » découle de cette réforme. D’autant qu’elle survient à un bien mauvais moment, alors que l’économie américaine dispose de peu de capacités inutilisées et que le taux de chômage frôle les 4 %.

À cette réforme se greffe un assouplissement notoire de la réglementation, particulièrement ressenti dans le secteur financier, dont Jerome Powell devra s’accommoder. Et un vaste projet d’investissement dans les infrastructures.