Washington impose des droits sur le papier journal canadien

Le Conseil de l’industrie forestière du Québec a indiqué que sept usines québécoises de pâtes et papiers sont touchées et qu’elles devront faire face aux droits dès «les prochains jours».
Photo: Catherine Legault Le Devoir Le Conseil de l’industrie forestière du Québec a indiqué que sept usines québécoises de pâtes et papiers sont touchées et qu’elles devront faire face aux droits dès «les prochains jours».

Après le papier magazine en 2015 et le bois d’oeuvre l’an dernier, le département du Commerce américain a décidé mardi soir d'imposer sur les importations de papier journal canadien des droits compensateurs allant de 0,65 % à 9,93 %.

Le gouvernement Trump, dont le geste compliquera les choses chez plusieurs producteurs, dont Produits forestiers Résolu, donne ainsi raison à North Pacific Paper Company (NORPAC), une entreprise de l’État de Washington qui a porté plainte plus tôt cette année. Résolu a appris que des droits de 4,42 % lui seront appliqués.

NORPAC, qui appartient à un fonds de couverture de New York et compte 260 employés, estime que les entreprises canadiennes bénéficient d’avantages déloyaux en raison, entre autres, du régime forestier.

« Encore une fois, les États-Unis imposent des sanctions commerciales absolument non fondées à nos entreprises. Ce ne sont pas nos pratiques commerciales, mais plutôt la baisse de la demande et l’érosion du marché du papier journal qui sont à l’origine de la perte de rentabilité des usines américaines », a affirmé en soirée le président-directeur général du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), Denis Lebel.

Selon La Presse canadienne, Kruger écopera des droits de 9,93 %, comparativement à 6,09 % pour Catalyst et à 0,65 % pour White Birch. Des droits de 6,53 % seront imposés au reste de l’industrie.

Le CIFQ a indiqué que sept usines québécoises de pâtes et papiers sont touchées et qu’elles devront faire face aux droits dès « les prochains jours ».

Le gouvernement américain a déjà calculé que les importations de « papier de pâte mécanique non couché », qui comprennent le papier journal et le papier pour livres format poche, se sont élevées à 1,27 milliard $US en 2016.

Résolu, qui compte des usines à Gatineau, Alma et Baie-Comeau, a déjà affirmé que la plainte de NORPAC ne tient pas la route. « Rien ne permet raisonnablement de dire que l’enquête sur les subventions présumées dans le bois d’oeuvre, un dérivé du bois debout, se traduit par une enquête sur le papier, qui est produit beaucoup plus loin en aval », a écrit l’entreprise en décembre.

Autre décision

Outre la décision préliminaire sur les droits compensateurs, le département du Commerce entend publier le 16 janvier sa décision préliminaire sur les droits antidumping. Ces gestes s’inscrivent dans une longue bataille tarifaire. En avril 2017, une table ronde de l’ALENA a sommé Washington de revoir sa décision sur le papier surcalandré, celui permettant de produire pour magazines et catalogues.

Environ 1100 journaux américains membres de la News Media Alliance ont récemment affirmé dans une lettre au secrétaire Ross que les arguments de NORPAC sont sans fondement. Si la demande pour le papier journal a baissé, ont-ils soutenu, c’est à cause de la popularité grandissante des plateformes numériques et du glissement des annonceurs vers des plateformes comme Facebook et Google.

3 commentaires
  • Serge Lamarche - Abonné 10 janvier 2018 03 h 28

    Du vol

    Comment les anglais sont devenus riches? Voilà. En volant les terres des autres, les biens des autres et en disant qu'ils se font voler.

  • Roger Bertrand - Abonné 10 janvier 2018 08 h 56

    Un autre coup de butoir !

    Un autre exemple d'agression intempestive de notre voisin du sud, et supposé ami, sur un secteur important de notre économie.

  • Tristan Roy - Abonné 10 janvier 2018 10 h 48

    Impact pour les médias papier

    Resolu va probablement imposer cette hausse au Canada aussi, auprès des médias imprimés sur papier journal. Comme si ça n'allait pas assez mal.