ChrysaLabs: un diagnostic du sol à la portée de tous

La technologie développée par Benjamin De Leener et son partenaire sera testée l’été prochain par des agriculteurs et des agronomes québécois.
Photo: Pedro Ruiz Le Devoir La technologie développée par Benjamin De Leener et son partenaire sera testée l’été prochain par des agriculteurs et des agronomes québécois.

Le Québec regorge d’entrepreneurs passionnés qui tentent de mettre à profit une idée ou un concept novateur. Chaque semaine, Le Devoir vous emmène à la rencontre de gens visionnaires, dont les ambitions pourraient transformer votre quotidien. Dans ce dernier article de la série, deux experts en imagerie biomédicale mettent leurs connaissances au service des agriculteurs et de la planète.

À 28 ans, Benjamin De Leener baigne dans le milieu universitaire depuis toujours. Il a fait un baccalauréat, une maîtrise et un doctorat en ingénierie biomédicale, et il est sur le point d’achever un postdoctorat dans le même domaine. Mais après des années à analyser des images du corps humain obtenues par résonance magnétique, il a en quelque sorte reçu l’appel du monde agricole.

« Contrairement à ce qu’on pourrait croire, un doctorat, ça laisse beaucoup de temps pour penser à autre chose », affirme en souriant celui qui se spécialise dans l’analyse d’imagerie de la moelle épinière.

En janvier dernier, Benjamin et son collègue Gabriel Mangeat, qui s’intéresse à l’imagerie du cerveau, sont plongés dans leurs études lorsqu’un de leurs amis leur propose de développer un robot pouvant s’occuper d’un jardin.

En l’espace de trois mois, ils parviennent à concevoir un prototype, qu’ils installent dans la bibliothèque de Polytechnique Montréal pour sensibiliser la population étudiante à l’agriculture. Ils songent alors à commercialiser un robot jardinier pour aider les agriculteurs dans leurs tâches quotidiennement, puis se ravisent. La véritable occasion d’affaires, découvrent-ils, se trouve dans le mariage entre leur expertise en imagerie et l’agriculture.

« On s’intéresse à ce qui se passe dans le corps humain et dans le cerveau. On ne peut pas aller dans la tête des gens pour savoir exactement ce qu’ils ont, mais on peut le faire avec l’imagerie par résonance magnétique. On peut faire la même chose avec le sol », explique Benjamin.

 

Analyse instantanée

L’entreprise ChrysaLabs, que les deux partenaires viennent tout juste de fonder, développe actuellement un appareil portatif permettant d’analyser le sol d’un champ en temps réel.

Le système s’appuie sur un spectromètre, qui permet de mesurer le rayonnement lumineux. En plantant l’instrument dans la terre, l’agriculteur obtient des données précises sur la composition du sol. Il peut ainsi en améliorer la fertilité et prévenir l’apparition de maladies.

La technologie de ChrysaLabs, qui sera testée l’été prochain par des agriculteurs et des agronomes québécois, vise à rendre l’analyse des sols plus rapide, plus accessible et moins coûteuse.

Actuellement, résume Benjamin, un agriculteur doit prélever certains échantillons dans son champ et les envoyer par la poste à un laboratoire d’analyse. Il reçoit les conclusions 3 à 7 jours plus tard et, dans certains cas, doit consulter un agronome pour interpréter le rapport. Le tout à un prix variant entre 50$ et 100 $ par échantillon.

Résultat : les agriculteurs limitent le nombre de prélèvements et traitent leur champ de manière relativement uniforme, soutient l’entrepreneur. « Si les agriculteurs avaient la possibilité d’aller regarder partout dans le champ, ils verraient qu’il y a des variations selon les zones, parce qu’il y a des choses qui se passent sous le sol. »

À terme, l’outil de ChrysaLabs doit permettre aux agriculteurs d’utiliser moins d’engrais, mais surtout de l’utiliser au bon endroit pour accroître leur production. « Il y a des bénéfices financiers pour l’agriculteur, parce que ça réduit la quantité d’engrais à acheter, et des bénéfices pour l’environnement, parce que ça réduit la quantité d’engrais chimique qui se retrouve dans la nappe phréatique », résume Benjamin.

On ne peut pas aller dans la tête des gens pour savoir exactement ce qu’ils ont, mais on peut le faire avec l’imagerie par résonance magnétique. On peut faire la même chose avec le sol. 

 

Aider les petits joueurs

Si tout se déroule comme prévu, l’instrument de ChrysaLabs pourra convenir à tous les types d’agriculture et à toutes les tailles d’entreprises, mais la jeune compagnie souhaite tout particulièrement offrir un outil technologique aux plus petits producteurs.

« On pourrait vendre notre technologie 100 000 $ à un gros agriculteur, mais si on peut faire quelque chose qui coûte 100 fois moins cher et qu’on touche beaucoup plus d’agriculteurs qui en ont tous besoin, on va couvrir une aussi grande superficie », souligne Benjamin.

Après avoir complété son postdoctorat, ce dernier compte en entamer un deuxième à l’Université McGill. Il l’avoue : dans le milieu universitaire, certains cumulent les diplômes en attendant qu’un poste intéressant s’ouvre à eux.

Avec ChrysaLabs, il vient peut-être de se créer l’emploi qu’il recherche.