La Caisse de dépôt investit dans Fives

Le siège social de la Caisse de dépôt, à Montréal.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le siège social de la Caisse de dépôt, à Montréal.

La Caisse de dépôt et placement du Québec et Investissements PSP ont annoncé l’acquisition de participations minoritaires dans le groupe d’ingénierie industrielle français Fives.

La Caisse de dépôt et placement du Québec et l’Office d’investissement des régimes de pensions du secteur public procèdent à un investissement conjoint dans Fives, groupe d’ingénierie industrielle international basé en France. « La Caisse et PSP acquerront chacun une participation minoritaire importante dans Fives, qui restera contrôlé par la direction », peut-on lire dans le communiqué. Ardian, qui avait racheté une participation de 45 % dans cette société 2012, conservera une participation minoritaire en tant que co-investisseur. Les modalités financières n’ont pas été précisées.

Selon l’Usine nouvelle, ces offres valoriseraient le groupe français d’ingénierie à 1,5 milliard d’euros.

Créée en 1812, Fives joue un rôle prépondérant dans « l’industrie du futur », grâce à son expertise en numérisation, en automatisation et en robotique pour optimiser les procédés industriels. Son réseau mondial s’étend sur quatre continents. Le Groupe devrait générer pour l’exercice se terminant en décembre 2017 un chiffre d’affaires de plus de 1,8 milliard d’euros. L’entreprise est implantée dans une trentaine de pays et emploie près de 8600 personnes.

1 commentaire
  • Nicole D. Sévigny - Abonnée 24 décembre 2017 18 h 15

    Ah! ces Français...

    toujours le mot pour...faire rire d'eux. Ils ont la plus belle langue au monde et ...la martyrisent ou la méprisent?...Exemple plutôt que de dire : dérouler la page... ils utilsent: "scroller" la page" pour découvrir nos métiers....faut le faire.! Le fondateur de FIVES (sic) ( j'imagine pour les cinq continents) est pourtant connu sous le nom de Jean-François Cail...natif de la région du Poitou-Charente...Il doit se retourner dans sa tombe. (décédé en 1871)
    C'est démoralisant....mais qui s'intéresse à la langue française de nos jours?