Le marché de l’emploi toujours à plein régime aux États-Unis

Les augmentations de salaire restent toutefois faibles.
Photo: Mari Matsuri Agence France-Presse Les augmentations de salaire restent toutefois faibles.

L’économie américaine, qui tourne à plein régime, a de nouveau affiché de fortes créations d’emplois en novembre et un taux de chômage très bas, à 4,1 %, le plus faible depuis 2000.

Les nouvelles embauches ont totalisé 228 000 le mois dernier, selon le département du Travail vendredi. Le taux de chômage est demeuré à son plus bas niveau en presque 17 ans.

Et les salaires ?

Ces bons chiffres du marché du travail, alors que l’économie des États-Unis fonctionne presque au plein-emploi, garantissent quasiment une hausse des taux d’intérêt directeurs la semaine prochaine lors de la réunion monétaire de la Fed les 12 et 13 décembre. La Banque centrale américaine veut prévenir la surchauffe et estime qu’un marché du travail très étroit devrait conduire à des hausses de salaire qui risquent de nourrir l’inflation.

Pour l’heure, les augmentations de salaire restent faibles. La rémunération horaire moyenne a ainsi gagné 5 ¢US, ou près de 0,2 %, sur un mois en novembre, à 26,55 $US. C’est tout de même son plus haut niveau de l’année. Sur un an, la hausse des salaires est de 2,5 % en novembre contre 2,3 % en octobre, à peine au-dessus de l’inflation.

« On ne voit toujours pas les salaires augmenter dans ce pays », a commenté le principal conseiller économique du président Trump, Gary Cohn, se félicitant par ailleurs des bons chiffres. « Nous pensons que la réforme des impôts va aider à tirer les salaires à la hausse », a-t-il affirmé sur la chaîne financière CNBC. Le Congrès discute actuellement l’adoption de réductions d’impôts, notamment en faveur des entreprises, qui devraient doper les investissements et favoriser les travailleurs, affirme le gouvernement.

De nombreux économistes doutent de l’opportunité d’une telle relance fiscale alors que la croissance du PIB a atteint 3,3 % en rythme annualisé au troisième trimestre et que le taux de sans-emploi est au plus bas depuis 17 ans.

« Novembre a été un grand mois pour les travailleurs américains alors que l’économie robuste du président Trump continue de porter ses fruits », a pour sa part affirmé la porte-parole de la Maison-Blanche, Sarah Sanders, dans un communiqué. Le ministère a légèrement révisé à la baisse les créations d’emplois d’octobre, qui ont finalement rebondi à 244 000 au lieu de 261 000 initialement estimés après 38 000 seulement en septembre, qui avait été un mauvais mois dû à l’impact des ouragans.

Ce rapport « montre que la dynamique de l’emploi reste forte […] ce qui devrait encore faire baisser le taux de chômage » dans les mois qui viennent, ont affirmé les analystes de Barclays Research dans une note. « Il est quasiment certain que la Fed va relever ses taux d’intérêt à la conclusion de sa réunion monétaire la semaine prochaine », a estimé Michael Pearce de Capital Economics, qui table aussi sur quatre hausses pour l’année prochaine, une de plus que ce que la Fed a prévu jusqu’ici.