Le chômage atteint un plancher record au Québec

Le secteur des biens, notamment le domaine de la construction, a créé de l’emploi.
Photo: iStock Le secteur des biens, notamment le domaine de la construction, a créé de l’emploi.

Le chômage au Québec est à son plus bas niveau depuis aussi loin qu’on puisse reculer.

L’addition d’environ 16 000 emplois et le retrait d’un peu moins de 18 000 travailleurs du marché de l’emploi ont réduit le taux de chômage de 6,1 % à 5,4 % en novembre au Québec, a rapporté vendredi Statistique Canada. Cette mesure n’avait jamais été aussi basse depuis que des données comparables sont disponibles, soit il y a plus de 40 ans, en janvier 1976.

Les gains au mois de novembre ont été le fait du secteur des biens (+19 600 emplois), notamment dans les domaines de la fabrication et de la construction, alors que le secteur des services a marqué un léger retrait (-3 400 emplois).

Ce recul du chômage en novembre porte le nombre d’emplois créés en 12 mois au Québec à 78 000 (+1,9 %), entièrement attribuables au travail à temps plein, où se sont ajoutés 104 000 emplois, contre une perte de 26 000 emplois à temps partiel. Les gains en un an se sont partagés entre le secteur des biens (+36 000 emplois), où la fabrication et la construction ont également bien fait, et celui des services (+42 000 emplois), où les domaines des services professionnels, scientifiques et techniques ainsi que du transport et de l’entreposage se sont particulièrement démarqués.

Le Québec arrive ainsi au deuxième rang dans le classement des provinces au taux de chômage le plus bas, derrière la Colombie-Britannique (4,8 %), à égalité avec le Manitoba et tout juste devant l’Ontario (5,5 %), la Saskatchewan (6 %), l’Alberta (7,3 %) et le Nouveau-Brunswick (8,3 %) arrivant plus loin alors que Terre-Neuve (14,4 %) ferme la marche.

La bonne tenue du marché de l’emploi québécois en novembre s’est fait voler la vedette vendredi par la performance à la fois inattendue et impressionnante du Canada dans son ensemble. Alors que les analystes s’attendaient à la création d’environ 10 000 emplois le mois dernier, le total a plutôt été de presque 80 000, soit la plus forte augmentation mensuelle en trois ans.

Concentrée dans le secteur privé, la création d’emplois au Canada s’est aussi bien observée dans le secteur des biens que dans celui des services. Ce bond de l’emploi a fait reculer le taux de chômage au Canada de 6,3 % à 5,9 %.

Hausse de taux en vue ?

Il porte le total en trois mois à 231 000 emplois à temps plein, « ce qui fait de cette séquence la plus vigoureuse depuis 2006 », observait l’économiste de la Banque Nationale, Matthieu Arseneau, dans une brève analyse vendredi. Cette hausse de l’emploi des derniers mois s’accompagne d’une augmentation des salaires au rythme impressionnant.

Ces données augurent bien pour les statistiques à venir sur le niveau d’activité des entreprises et des dépenses de consommation. Mais elles montrent aussi « que la Banque du Canada a sous-évalué la tension actuelle du marché du travail » et qu’elle devrait profiter de sa décision sur les taux d’intérêt de la semaine prochaine pour préparer le terrain à une hausse du loyer de l’argent en janvier.