Les fonds de retraite devront essayer d’éviter de revenir sur leurs engagements

Pour être en mesure d’honorer leurs obligations, les grandes caisses de retraite prévoient généralement des rendements annuels à long terme d’environ 6% en termes nominaux, avant la prise en compte des effets de l’inflation.
Photo: iStock Pour être en mesure d’honorer leurs obligations, les grandes caisses de retraite prévoient généralement des rendements annuels à long terme d’environ 6% en termes nominaux, avant la prise en compte des effets de l’inflation.

Alors qu’un large consensus prévoit des rendements faibles pour « les 10 ou 20 prochaines années » chez les régimes de retraite, dit un expert, il ne faudrait surtout pas tenter de naviguer ces eaux en revenant sur les promesses faites aux bénéficiaires.

Conséquence des bas taux d’intérêt, cette faiblesse attendue est « tenue pour acquise », et les régimes devraient « idéalement aborder cela sans causer un impact négatif sur les engagements qui ont été pris », a dit Sudhir Rajkumar, chef du programme consultatif international de fonds de pension de la Banque mondiale. « C’est la dernière option. »

« Mais il y a beaucoup de façons d’obtenir de la valeur, que ce soit en renforçant les structures de gouvernance, en optimisant les politiques d’investissement, etc. Je crois que les conseils d’administration qui vont se concentrer là-dessus vont probablement bien se tirer d’affaire face à ce défi », a dit M. Rajkumar, qui s’est exprimé vendredi devant les membres de l’Ordre des CPA du Québec. « Pour la suite, on verra. »

Exercice difficile

Originaire de l’Inde, M. Rajkumar vient d’être nommé responsable du régime de retraite de 61 milliards $US du personnel des Nations unies. Le fonds compte 130 000 membres cotisants et 72 000 retraités, est réparti dans 200 pays et verse les prestations dans une quinzaine de devises. Il a aussi conseillé les fonds de pension de la Corée du Sud et de l’Afrique du Sud, et agit à titre de vice-président du conseil du Centre international de la gestion des pensions.

La quête des rendements de plus en plus complexe est sur les lèvres des patrons de toutes les grandes caisses de retraite, de la Caisse de dépôt et placement du Québec au régime ontarien Teachers en passant par des villes américaines et des fonds souverains. Dans une analyse de la situation cet été, l’agence Bloomberg a estimé que « 5 %, c’est le nouveau 8 % ».

Pour être en mesure d’honorer leurs obligations, les grandes caisses de retraite prévoient généralement des rendements annuels à long terme d’environ 6 % en termes nominaux, avant la prise en compte des effets de l’inflation.

Le S & P 500 est en hausse de 87 % sur cinq ans, comparativement à 31 % pour la Bourse de Toronto, dont la performance inférieure s’explique par la dégringolade du cours de l’or en 2015. Sur un an, Toronto en est en hausse de 9 %. Cependant, le rendement sur les obligations de 10 ans du Trésor américain n’est que de 2,35 %. Au Canada, c’est un peu moins de 2 %.

Ligne du temps

Mais les régimes de retraite doivent d’abord s’interroger sur ce qui constitue leur horizon de placement, a insisté M. Rajkumar dans sa présentation. « Si vous êtes un fonds de pension créé dans le but de verser des paiements sur 30 ans, est-ce que ça vaut la peine de s’en faire pour ce qui vient d’arriver au dernier trimestre ou dans la dernière année ? La somme entière du fonds n’a pas à être versée demain, ou même l’an prochain. C’est important de se le rappeler, tout comme c’est important pour toutes les parties prenantes. »

Cette perspective à long terme des caisses de retraite se reflète de plus en plus dans les préoccupations qu’elles ont pour l’investissement durable et la prise en compte des changements climatiques dans le processus de placement, comme l’a récemment annoncé la Caisse de dépôt.

L’enjeu des changements climatiques est devenu un élément incontournable du travail des caisses de retraite, a estimé M. Rajkumar lors d’un entretien en marge de son allocution. « L’Europe est très avancée dans ce domaine. Des fonds envisagent activement de décarboniser leur portefeuille. »

2 commentaires
  • Gilbert St-Onge - Abonné 11 novembre 2017 09 h 30

    Fonds de retraite

    Intéressant.

  • Clermont Domingue - Abonné 12 novembre 2017 10 h 49

    Soyons optimistes.

    Parce que l'internet est là, les citoyens sont de plus en plus informés.Oui ,les rendements d'intérêts sont faibles, mais les rendements boursiers (dividendes et gains en capital )sont considérables.

    Les gouvernements savent qu'ils sont sous surveillance.Quand ils constateront que les régimes ne peuvent tenir leurs promesses, ils interviendront par leurs banques centrales.

    Il faut craindre les pénuries causées par les changements climatiques.Pour le reste, c'est de la plomberie financière.