Molson-Coors achète Le Trou du diable

Toute l’équipe œuvrant à la microbrasserie de Shawinigan, y compris les dirigeants et fondateurs, devrait demeurer en poste.
Photo: Renaud Philippe Le Devoir Toute l’équipe œuvrant à la microbrasserie de Shawinigan, y compris les dirigeants et fondateurs, devrait demeurer en poste.

Shawinigan — L’engouement des consommateurs pour les bières de microbrasseries continue de faire pression sur les grands brasseurs.

La division Six Pints, mise sur pied par Molson Coors pour développer le marché des bières de spécialité, a annoncé jeudi qu’elle avait fait l’acquisition de la microbrasserie Le Trou du diable, de Shawinigan.

L’entente permet à la microbrasserie de poursuivre ses activités de façon autonome et, à court terme, celle-ci continuera de traiter à l’interne la vente et la distribution de ses produits auprès des détaillants avec qui elle fait affaire. L’entreprise maintiendra aussi ses liens avec ses fournisseurs ainsi que les partenariats sportifs, culturels, sociaux et communautaires dans lesquels elle s’est engagée. Cependant, le restaurant Le Trou du diable de la rue Willow, à Shawinigan, ne fait pas partie de la transaction et demeurera indépendant.

Toute l’équipe oeuvrant à la microbrasserie, y compris les dirigeants et fondateurs, demeurera en poste.

À plus long terme, la transaction permettra de consolider et de développer les ventes, la distribution et les partenariats de la microbrasserie, qui offre déjà une présence assez étendue dans le marché puisque ses produits sont distribués dans 10 provinces et territoires canadiens ainsi que dans 20 États américains. Ils sont également exportés dans une dizaine de pays d’Europe et dans certains pays d’Asie et d’Océanie.

Le Trou du diable a vu le jour en décembre 2005 sur l’avenue Willow à Shawinigan. En 2013, une deuxième brasserie à vocation plus industrielle avait été créée avec une chaîne d’embouteillage et un réseau de distribution.

Pour Molson Coors, l’acquisition permet d’élargir sa place dans un marché où les bières de spécialité ont commencé depuis quelques années à supplanter les bières traditionnelles des grands brasseurs. Sa division Six Pints a déjà conclu des ententes avec les microbrasseries ontariennes Creemore Springs, Granville Island Brewing Company ainsi que, plus récemment, Brasseur de Montréal.

5 commentaires
  • Michel Thériault - Inscrit 9 novembre 2017 19 h 03

    Coors Light

    « Pour donner un exemple un peu ridicule: en faisant le gazon un samedi après-midi du mois de juillet, quand il fait 35, une Coors Light est tout à fait appropriée »
    - Sandra Gagnon

    Madama Gagnon, Une Coors Light n'est JAMAIS appropriée. Quand j'ai soif je bois de l'eau.

    Je me refuserai maintenant les bières de cette micro-brasserie sachant qu'elle appartient à Molson.

    • François St-Pierre - Abonné 10 novembre 2017 00 h 11

      Pas d'accord. Une Coors Light PEUT être appropriée. En faisant le gazon, y a rien de mieux que la Coors Light pour nettoyer les lames de la tondeuse.

    • Raymond Chalifoux - Abonné 10 novembre 2017 07 h 25

      "Je me refuserai maintenant les bières de cette micro-brasserie sachant qu'elle appartient à Molson." ???

      Comme dans.. "Boire, c'est voter?"

      Euh.. J'imagine que vous boudez du fait, des pans complets de rayonnages à la SAQ?

      Y a pas catastrophe, j’admets, le choix est vaste si la "walk" est des fois plus longues... Mais je compatis car « Le Trou », c’est du gros!

    • Jacques Patenaude - Abonné 10 novembre 2017 09 h 19

      @ St-Pierre
      Merci pour le truc, ça m'évitera de jeter une Coors light dont j'ai malheureusement hérité.

      Moi aussi je vais éviter cette bière maintenant. Aux mains d'une multinationale je ne doute pas qu'elles vont se coorsiser progressivement et tuer à nouveau le plaisir de goûter à une bonne bière.

    • Michel Thériault - Inscrit 10 novembre 2017 12 h 24

      @ M. St-Pierre
      Merci aussi pour le truc. Je penserai à vous lors de mon prochain nettoyage de lame de tondeuse.
      :-)


      @ M. Chalifoux
      Oui, oui, d'accord avec vous que le Trou du Diable c'est du gros calibre, c'est du solide. J'y suis même allé à quelques reprises. Là n'est pas la question... Je trouve Molson tellement hypocrite. Les gros brasseurs ont tout fait pour "tasser" les micro-brasseries, et pas de façon toujours élégante.

      Pour ce qui est des pans de rayonnage à la SAQ, vous m'avez bien compris car j'évite maintenant, et ce, pour le reste de mes jours, la section complète où y est écrit "Espagne".
      Comme dans.. "Boire, c'est voter".