Le bénéfice de Héroux-Devtek chute

Héroux-Devtek, un fournisseur de trains d’atterrissage pour Boeing, voit d’un bon oeil le partenariat conclu entre Airbus et Bombardier permettant au géant européen d’être l’actionnaire majoritaire de la CSeries. « Je crois que cela pourrait être particulièrement positif pour les chaînes d’approvisionnement du Québec et du Canada de desservir Airbus », a déclaré le président et chef de la direction de la société de Longueuil, Gilles Labbé. En ce qui a trait au deuxième trimestre terminé le 30 septembre, Héroux-Devtek a engrangé un bénéfice net de 3,2 millions ou 9 ¢ par action, comparativement à 9,5 millions ou 26 ¢ par action il y a un an. Cette baisse du bénéfice net est en partie attribuable à des coûts plus élevés dans ses sites manufacturiers liés au contrat du 777 avec Boeing. Abstraction faite des éléments non récurrents, le bénéfice du spécialiste des trains d’atterrissage s’est chiffré à 4,1 millions ou 11 ¢ par action, en recul par rapport à 5,7 millions ou 16 ¢ par action au deuxième trimestre l’an dernier. Les ventes ont également glissé, passant de 91,6 millions à 89,7 millions. Héroux-Devtek a élargi sa présence en Europe le mois dernier en mettant la main sur une filiale d’Airbus en Espagne pour près de 205 millions de dollars canadiens.