Hausse généralisée du PIB du Québec

La croissance de la production en juin dernier se situe dans le cadre d’une reprise des activités faisant suite à la grève des travailleurs de la construction en mai.
Photo: Getty Images La croissance de la production en juin dernier se situe dans le cadre d’une reprise des activités faisant suite à la grève des travailleurs de la construction en mai.

La croissance économique s’est accélérée au Québec en juillet. Elle a emporté 16 des 20 grands secteurs composant le PIB.

Le PIB du Québec a augmenté de façon importante en juillet, soit de 1 %, doublant la poussée de 0,5 % de juin. « La hausse en juillet est assez généralisée. Au total, 16 des 20 grands secteurs de l’activité économique voient leur niveau de production augmenter en juillet. La plupart des grands secteurs économiques connaissent une croissance appréciable », a souligné l’Institut de la statistique du Québec (ISQ).

Au cumul, après sept mois, le PIB affiche une progression de 2,8 % par rapport aux mêmes mois de 2016, contre 3,4 % au Canada.

En juillet 2017, les industries productrices de biens enregistrent une hausse de 2,1 %. Dans les services, la production augmente de 0,5 %. « Au cours des sept premiers mois de 2017, les industries productrices de services connaissent une croissance de 3,1 %, alors que les industries productrices de biens affichent une hausse de 1,9 % par rapport à la même période de 2016 », ajoute l’ISQ.

Plus en détail, la production du secteur de la fabrication a augmenté de 1,8 % en juillet, après avoir connu une baisse de 0,5 % en juin. Dans la construction, la production a fléchi de 0,1 %, après avoir enregistré une hausse de 11 % en juin. Il faut dire que la croissance de juin se situe dans le cadre d’une reprise des activités faisant suite à la grève des travailleurs de la construction qui a eu lieu au mois de mai.

« Le troisième trimestre s’annonce solide, peut-on lire dans l’analyse du Mouvement Desjardins. La croissance annualisée du PIB réel devrait avoisiner 3 % pendant cette période après avoir atteint 2,8 % au premier trimestre et 2,5 % au deuxième trimestre. Avec les résultats publiés ce matin, notre cible de croissance annuelle de 2,5 % sera facilement atteinte, voire légèrement dépassée. Voilà une excellente nouvelle compte tenu des incertitudes qui planent sur l’évolution à venir du secteur extérieur en raison des négociations commerciales qui se poursuivent avec les États-Unis. »

« Quoi qu’il en soit, s’il fallait que le PIB fasse du surplace en août et septembre, il croîtrait néanmoins au rythme annualisé enviable de 4,7 % au troisième trimestre par rapport au deuxième. Du jamais vu en treize ans », ajoute la Financière Banque Nationale.