IBM entend quadrupler la taille de son centre d’innovation

L’établissement a été inauguré lundi en présence du maire de Montréal, Denis Coderre, de la ministre de l’Économie du Québec, Dominique Anglade, et du ministre fédéral de l’Innovation, Navdeep Bains.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’établissement a été inauguré lundi en présence du maire de Montréal, Denis Coderre, de la ministre de l’Économie du Québec, Dominique Anglade, et du ministre fédéral de l’Innovation, Navdeep Bains.

Incité par divers facteurs, dont des crédits d’impôt non remboursables, le géant technologique IBM ambitionne de quadrupler la taille de son nouveau centre de service montréalais qui pourrait compter 500 employés d’ici quatre ans.

Inauguré lundi, dans le centre-ville de la métropole, l’établissement emploie actuellement 120 travailleurs, un nombre qui devrait passer à 250 à la fin de l’an prochain. Ce « centre d’innovation client » vise principalement à épauler les clients canadiens d’IBM dans leur transition numérique en offrant des services dans l’infonuagique, l’intelligence artificielle ainsi que des logiciels spécialisés, notamment.

« Ce centre fait partie de notre écosystème mondial, a expliqué le directeur général des services d’affaires mondiaux d’IBM au Canada, Claude Guay, au cours d’une mêlée de presse. Nous exploitons des endroits du genre dans 30 pays à travers le monde. » Le géant technologique compte également un autre centre qui offre des services similaires à Halifax, en Nouvelle-Écosse.

Lieu de choix

En conférence de presse, à laquelle participait le ministre fédéral de l’Innovation, Navdeep Bains, la ministre de l’Économie du Québec, Dominique Anglade, et le maire de Montréal, Denis Coderre, M. Guay a évoqué plusieurs raisons pour lesquelles IBM a arrêté son choix sur la métropole. Le nombre d’établissements universitaires, les infrastructures de transport en commun ainsi que le bilinguisme ont été cités par le représentant de l’entreprise américaine.

IBM est également admissible au crédit d’impôt pour le développement des affaires électroniques offert par Québec, qui permet de rembourser jusqu’à 30 % des coûts de main-d’oeuvre. Actuellement, à l’exception des postes administratifs et de gestion, la « vaste majorité des postes du centre » bénéficie de cette mesure fiscale, a indiqué l’entreprise, par courriel.

En implantant ce centre de service dans la métropole, IBM désirait également se rapprocher de certains clients comme la coopérative laitière Agropur ainsi que le spécialiste du papier recyclé Cascades. « Cela nous permet de travailler dans le même fuseau horaire, a expliqué M. Guay. Pour certains services, il est important de faire preuve d’agilité pour répondre rapidement aux demandes de nos clients. »

L’ouverture du centre représente un investissement majeur pour IBM, a affirmé le directeur général des services d’affaires mondiaux d’IBM au Canada, qui n’a toutefois pas voulu fournir de chiffre à cet effet.