Les prévisions économiques revues à la lumière de la croissance vigoureuse

L’économie a progressé à la cadence annualisée de 4,5% d’avril à juin.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’économie a progressé à la cadence annualisée de 4,5% d’avril à juin.

Ottawa — La croissance étonnamment vigoureuse enregistrée par l’économie canadienne au deuxième trimestre force les analystes à revoir leurs prévisions — en commençant par celles entourant la décision que doit prendre mercredi la Banque du Canada sur son taux directeur.

Les chiffres dévoilés la semaine dernière montrent que l’économie a progressé à la cadence annualisée de 4,5 % d’avril à juin — ce qui faisait suite à la croissance de 3,7 %, déjà impressionnante, du premier trimestre de 2017. En raison de l’élan soutenu de l’économie, plusieurs analystes s’attendent maintenant à ce que la banque centrale hausse son taux d’intérêt directeur mercredi, plutôt que plus tard cet automne, comme ils l’avaient prévu précédemment.

L’analyste Derek Holt, de la Banque Scotia, est parmi ceux qui ont modifié leur prévision la semaine dernière, essentiellement parce que la croissance dépasse les prévisions de la Banque du Canada depuis un bon bout de temps.

D’autres ont commencé à se demander si l’engagement du gouvernement Trudeau en ce qui a trait à ses investissements de plusieurs milliards de dollars dans les infrastructures ne provoquerait pas une surchauffe de l’activité économique. L’économiste Krishen Rangasamy, de la Banque Nationale, affirme qu’Ottawa devrait envisager de retarder certains investissements prévus dans les infrastructures, étant donné que l’économie est plus vigoureuse que prévu — sans quoi la Banque du Canada pourrait être forcée de faire grimper ses taux de façon plus dynamique.

À voir en vidéo