Groupe Hewitt passe dans le giron de Toromont pour près d’un milliard

Concessionnaire du fabricant d’équipement lourd Caterpillar, Hewitt compte 45 succursales au Québec, dans l’ouest du Labrador ainsi que dans les Maritimes.
Photo: Elise Amendola Associated Press Concessionnaire du fabricant d’équipement lourd Caterpillar, Hewitt compte 45 succursales au Québec, dans l’ouest du Labrador ainsi que dans les Maritimes.

Soixante-cinq ans après sa fondation, le concessionnaire québécois d’équipement lourd Groupe Hewitt a conclu qu’il valait mieux unir sa destinée à un partenaire pour croître plutôt que de continuer à faire cavalier seul.

Malgré une activité plus vigoureuse dans le secteur de la construction en raison des importantes dépenses gouvernementales et d’une remontée du prix des métaux, cette entreprise familiale sera avalée par l’ontarienne Toromont Industries pour 1,02 milliard. « La décision de vendre l’entreprise fondée par mon père n’a pas été facile et fut le résultat d’une mûre réflexion de la part de mon fils David et moi-même », a expliqué le chef de la direction de Hewitt, Jim Hewitt, lundi, par voie de communiqué.

L’homme d’affaires âgé de 69 ans n’était pas disponible pour des entrevues. Les 2000 employés ont appris la nouvelle lundi matin. La directrice des communications du Groupe Hewitt, Kim Anderson, a expliqué que M. Hewitt avait conclu qu’il valait mieux s’allier à un partenaire puisque la plupart des secteurs dans lesquels la société est présente sont en consolidation.

Concessionnaire du fabricant d’équipement lourd Caterpillar, Hewitt compte 45 succursales au Québec, dans l’ouest du Labrador ainsi que les Maritimes. L’entreprise vend également des chariots élévateurs et se spécialise dans l’équipement énergétique comme les génératrices.

« Jim a pris une décision […] et il nous a sollicités, a expliqué le président et chef de la direction de Toromont, Scott Medhurst, au cours d’une conférence téléphonique. Nous étions enthousiastes à l’idée de discuter avec lui. »

Mme Anderson n’a pas voulu préciser si Groupe Hewitt avait sollicité d’autres acheteurs potentiels — notamment au Québec — ou si l’entreprise familiale a plutôt songé à procéder à une acquisition. Elle a indiqué que M. Hewitt « avait étudié plusieurs options, mais qu’il avait choisi Toromont », notamment parce que l’entreprise torontoise était aussi un concessionnaire Caterpillar.

L’an dernier, Hewitt a généré des profits de 46,6 millions sur des revenus de 1 milliard, alors que Toromont a engrangé un bénéfice net de 155,7 millions et généré un chiffre d’affaires de 1,87 milliard. Cette transaction permet à Toromont d’accroître sa présence au Québec et fait passer à 120 son réseau de succursales dans sept provinces de l’est du Canada ainsi qu’au Nunavut. L’équipementier deviendra l’un des deux plus importants concessionnaires Caterpillar au pays avec Finning International, de Vancouver.

L’entreprise ontarienne prévoit une croissance de ses activités en raison de la remontée du prix des métaux et des importants projets d’infrastructures à l’échelle nationale. « Nous constatons une reprise, en plus de bénéficier de l’intention des gouvernements d’investir dans les infrastructures », a dit M. Medhurst, soulignant que le Québec prévoyait dépenser 91 milliards dans les infrastructures au cours de la prochaine décennie.

M. Hewitt et son fils David devraient partir après la clôture de la transaction, prévue à la mi-octobre, a indiqué Mme Anderson. « Toromont s’est engagée à investir et fonctionne de façon décentralisée, ce qui laisse de la latitude aux succursales locales », a affirmé la porte-parole du Groupe Hewitt en réponse à une question sur une éventuelle perte d’influence des installations de Pointe-Claire. Toromont est présente au Québec depuis 1951 par l’entremise de sa filiale Cimco, spécialisée dans les services de réfrigération, qui compte 130 employés.

Selon Yuri Link, de Cannacord Genuity, l’entreprise ontarienne convoitait Hewitt depuis longtemps et elle a joué la carte de la patience en attendant le bon moment pour avaler la société québécoise. « Ce jour est maintenant arrivé maintenant que l’entreprise est pratiquement libérée de ses dettes depuis le 30 juin, ce qui lui a permis d’acquérir Hewitt sans importante dilution de la participation de ses actionnaires », écrit l’analyste.

Toromont versera 917,7 millions en espèces en plus de procéder à l’émission de 2,25 millions d’actions lorsque l’acquisition sera conclue, à la mi-octobre.