Sears Canada pourrait ne pas survivre

Engagée depuis trois semaines dans un processus de liquidation aux magasins ciblés par une fermeture,  l'entreprise vit depuis 10 ans une détérioration constante de ses finances.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Engagée depuis trois semaines dans un processus de liquidation aux magasins ciblés par une fermeture,  l'entreprise vit depuis 10 ans une détérioration constante de ses finances.

Il est peu probable que Sears Canada soit véritablement en mesure de se remettre sur les rails afin de poursuivre ses activités comme dans le passé, estime sans détour le président de l’association des retraités.

Dans une déclaration sous serment déposée vendredi à la Cour supérieure de l’Ontario, William Turner, autrefois président à la commercialisation, au marketing et à la logistique de Sears Canada, dit ne pas croire que la direction actuelle a des chances importantes de renverser la vapeur et il ajoute que son avenir est en péril.


Engagée depuis trois semaines dans un processus de liquidation aux magasins ciblés par une fermeture, Sears Canada vit depuis 10 ans une détérioration constante de ses finances, a souligné M. Turner. Par exemple, le chiffre d’affaires annuel est passé de 6,2 milliards à 2,6 milliards de 2004 à 2016.

« Sears n’a pas attiré de nouveaux clients, et son bassin diminue », a écrit M. Turner, qui a pris sa retraite de l’entreprise en 2002 après une carrière de 36 ans qui l’a vu gravir presque tous les échelons de la société.

« Étant donné sa situation financière depuis quelques années, je ne crois pas qu’il soit possible de poursuivre les activités comme dans le passé », a-t-il ajouté. « Je n’ai pas confiance dans l’hypothèse selon laquelle la direction, sans changement significatif, pourrait changer la situation. En fait, il y a une probabilité élevée que la compagnie ne survive pas. »

L’association des retraités de Sears Canada compte environ 6000 membres sur un potentiel de 18 000 retraités toujours vivants. Ceux-ci forment un groupe de créanciers et de parties prenantes « significatif et vulnérable », selon le regroupement. Sears a tenté de reporter des versements spéciaux au fonds de retraite, mais n’a pas encore cherché à le fermer complètement, ce qui déclencherait une obligation de combler son sous-financement estimé à 266 millions.

Protection des tribunaux

Sears Canada s’est placée sous la protection des tribunaux contre ses créanciers au mois de juin et a entrepris de fermer 54 de ses magasins à l’échelle canadienne. De ce nombre, 13 points de vente se trouvent au Québec. L’entreprise comptait environ 17 000 employés canadiens au mois de mai, dont la moitié étaient à temps partiel.

Sears Canada a récemment ouvert ses livres à une vingtaine d’investisseurs potentiellement intéressés par l’entreprise, selon les médias financiers torontois, un processus normal pour les entreprises qui cherchent à attirer des acheteurs.

Le plus gros actionnaire de Sears Canada est actuellement un fonds d’investissement américain, ESL Partners, à hauteur de 45,1 %. Ce dernier, un fonds de couverture, appartient au milliardaire Edward Lampert, également chef de la direction de la société mère Sears Holding.

59
En juin, Sears Canada avait annoncé la fermeture de 59 de ses magasins, partout au pays.

ESL a indiqué au début du mois de juillet qu’il évaluait, de concert avec un autre actionnaire, Fairholme Capital Management (22 %), toutes ses options par rapport à une éventuelle transaction financière sur Sears. Le 28 juillet, toutefois, ESL a précisé que les deux avaient choisi de remercier leurs services juridiques retenus conjointement. Cela dit, ESL continue d’évaluer ses options et n’exclut pas la vente d’une partie de ses actions, voire la totalité.

L’image de Sears Canada a été éclaboussée récemment par un plan de primes de rétention de 7,6 millions pour 43 employés du siège social. Ces informations ont semé l’indignation dans la population, médusée par le fait que les milliers d’employés licenciés n’avaient alors pas reçu d’indemnisation.

1 commentaire
  • Daniel Vézina - Abonné 15 août 2017 21 h 30

    Target aurait eu la vie plus facile...

    Toit comme Walmart Canada qui est née des cendres de Woolco,
    Target aurait-pu venir au Canada avec les magasins Sears.

    Tout vient à point à qui sait attendre comme on dit...