Groupe WSP Global se félicite de sa croissance interne aux États-Unis

Les activités aux États-Unis ont affiché une croissance organique de 5,2 % attribuable au secteur du transport et des infrastructures.
Photo: iStock Les activités aux États-Unis ont affiché une croissance organique de 5,2 % attribuable au secteur du transport et des infrastructures.

La firme d’ingénierie québécoise WSP Global s’est félicitée de sa croissance organique aux États-Unis au deuxième trimestre, voyant surtout de belles occasions dans ce pays et en Amérique latine.

Les activités aux États-Unis ont affiché une croissance organique de 5,2 %, laquelle est essentiellement attribuable au secteur du transport et des infrastructures. Le président et chef de la direction, Alexandre L’Heureux, a indiqué en conférence téléphonique, mercredi, après le dévoilement des résultats du deuxième trimestre, qu’il y avait aux États-Unis depuis un certain moment « plus d’argent pour des projets au niveau des gouvernements locaux et des États ».

M. L’Heureux a fait valoir une forte présence de WSP aux États-Unis, disant qu’il y avait encore beaucoup à accomplir dans les années à venir. Au cours du trimestre, WSP a fait l’acquisition de Yarmuth Radoff Green aux États-Unis, de même que de la société en traitement des eaux usées et de l’eau potable ProVab Invest en Suède.

La croissance organique est demeurée stable au Canada, dans l’attente d’éventuels projets d’infrastructure découlant des investissements du gouvernement du premier ministre Justin Trudeau.

Les activités au Royaume-Uni ont affiché une modeste croissance interne des revenus des activités ordinaires nets de 1,5 %. WSP s’attend à ce que les négociations prolongées qui devraient entourer le processus du Brexit se traduisent par une incertitude continue qui se traduira par un ralentissement, surtout dans les secteurs privés commerciaux et de consommation.

Le président et chef de la direction a soutenu que le gouvernement britannique avait réaffirmé sa position quant aux investissements publics en infrastructure, tout en ajoutant que l’élection précipitée ayant eu lieu en mai devrait continuer d’avoir une incidence sur la matérialisation du carnet de commandes garanti du secteur public pour la région sur le reste de l’année civile.

À la suite de l’acquisition de la société chilienne Poch à la mi-juillet, WSP avait déjà affirmé qu’elle doublerait sa taille en Amérique latine, avec l’objectif d’y devenir une firme de services-conseils de premier plan. En date du 31 mars, la société québécoise comptait 750 salariés dans cette région du globe.

WSP compte actuellement 36 000 employés dans le monde. La firme de génie espère en avoir 45 000 en plus de générer des revenus annuels de 6 milliards d’ici la fin de l’année prochaine. La montréalaise avait éliminé des centaines d’emplois canadiens pendant trois années de ralentissement jusqu’en 2016, une situation largement attribuable à la faiblesse du secteur du pétrole et du gaz naturel dans l’Ouest canadien.

Groupe WSP Global a affiché mercredi un bénéfice net de 62,8 millions ou 61 ¢ par action au deuxième trimestre, comparativement à 52,2 millions ou 52 ¢ par action un an plus tôt. Les revenus provenant des activités ordinaires de WSP, l’une des plus grandes firmes de services professionnels au monde, ont augmenté de 11,1 %, à 1,7 milliard. Le bénéfice net ajusté s’est amélioré de 17 %, à 65,5 millions ou 64 ¢ par action.

Son carnet de commandes s’établissait à 5,9 milliards, ce qui constitue une hausse de 3,5 % par rapport au deuxième trimestre de 2016, et un niveau stable en comparaison avec le premier trimestre de 2017.