BCE affiche un bénéfice en baisse

George Cope, président et p.-d.g. de BCE
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne George Cope, président et p.-d.g. de BCE

Le géant des télécommunications BCE a vu son bénéfice net glisser de 2,3 % au deuxième trimestre par rapport à l’an dernier, même si ses revenus ont été gonflés par l’acquisition de Manitoba Telecom Services (MTS), plus tôt cette année.

La société montréalaise a ainsi affiché un bénéfice de 762 millions, soit 84 ¢ par action, au cours du trimestre clos le 30 juin. Au cours de la même période l’an dernier, elle avait engrangé un profit comparable de 778 millions, soit 89 ¢ par action. Les revenus tirés de l’exploitation ont grimpé près de 5,7 milliards pour le trimestre clos le 30 juin, comparativement à un chiffre d’affaires de 5,34 milliards au même trimestre un an plus tôt. Cette croissance de 6,7 % des revenus s’expliquait par des hausses dans le secteur des services sans fil, ainsi que par l’acquisition de MTS, conclue en mars.

En outre, BCE a attribué le recul de ses bénéfices à une hausse de la dotation aux amortissements, à de plus fortes charges d’intérêt et à une baisse des autres revenus. Sur une base ajustée, la société a engrangé un bénéfice de 792 millions, soit 88 ¢ par action, en baisse par rapport à celui de 824 millions, ou 94 ¢ par action, de l’an dernier.

762 millions
Bénéfice de la société de communications BCE

Au cours du trimestre, BCE a accueilli un total net de 88 611 nouveaux abonnés à ses services sans fil postpayés — qui sont les plus lucratifs pour les fournisseurs de services cellulaires. Cela représentait une hausse de 8,8 % par rapport au nombre d’abonnés à la fin du même trimestre l’an dernier. Le nombre net d’abonnés aux services prépayés a quant à lui reculé de 21 695.

Les revenus des services sans fil de Bell ont atteint 1,96 milliard au plus récent trimestre, une progression de 12,9 % par rapport à ceux de 1,74 milliard de l’an dernier. Les revenus des activités de Bell Média ont pour leur part avancé de 2,2 %, à 796 millions, grâce à l’augmentation des revenus publicitaires et des frais d’abonnements. La hausse des revenus publicitaires était essentiellement le fait des activités d’affichage extérieur d’Astral Affichage, ainsi que des produits des chaînes anglophones de services spécialisés dans le divertissement et ceux des propriétés numériques, a expliqué BCE. Les revenus des marchés de la télévision et de la radio ont continué à trahir la faiblesse persistante de ces secteurs.

« Les efforts déployés de manière constante et disciplinée dans tous les secteurs opérationnels de Bell ont donné lieu à une solide rentabilité dans le sans-fil, à une croissance positive du bénéfice avant impôts, intérêts et amortissements ajusté dans le sur-fil et à un excellent profil financier dans le secteur média au premier semestre », a estimé dans un communiqué le chef de la direction financière de BCE, Glen LeBlanc.

« Nous sommes sur la bonne voie pour atteindre les objectifs de l’orientation financière 2017 », tels que présentés à la fin d’avril pour tenir compte de l’acquisition de MTS.