Une nouvelle cryptomonnaie, le bitcoin cash, apparaît sur fond de désaccord

L’apparition du bitcoin cash n’est pas une première. D’autres cryptomonnaies ont en effet suivi le lancement du bitcoin en 2008, comme l’ethereum en juillet 2015 ou le zcash en octobre 2016.
Photo: Anthony Wallace Agence France-Presse L’apparition du bitcoin cash n’est pas une première. D’autres cryptomonnaies ont en effet suivi le lancement du bitcoin en 2008, comme l’ethereum en juillet 2015 ou le zcash en octobre 2016.

Paris — Une nouvelle monnaie cryptographique, le « bitcoin cash », a fait son apparition mardi à la suite d’une scission dans la communauté bitcoin, conséquence d’un désaccord concernant la vitesse des transactions ayant recours à la célèbre monnaie virtuelle.

Concrètement, les contestataires ont lancé une proposition d’amélioration du bitcoin qui va différencier la nouvelle monnaie du bitcoin déjà existant et permettre une accélération des échanges effectués par son intermédiaire. Le bitcoin évoluait inchangé mardi après l’annonce, à 2775,03 $US selon les données de Bloomberg, qui compile les chiffres des plus grandes plateformes d’échange de la monnaie numérique. Le bitcoin avait atteint son plus haut historique le 12 juin, à 2999,97 $US, ce qui représentait une hausse de 222 % depuis le début de l’année.

Lutte fratricide

La communauté du Bitcoin vit une lutte fratricide. Depuis plusieurs mois, les utilisateurs de cette cryptomonnaie s’entredéchirent sur son avenir, nous rappelle Le Figaro. L’issue d’une telle séparation est encore difficile à prévoir. « L’enjeu est de savoir quelle “chaîne” deviendra la principale et éclipsera, éventuellement, l’autre », remarque Alexandre Stachtchenko. Tout nouvellement créé, le bitcoin cash pourrait tout aussi bien disparaître que perdurer, et trouver sa place parmi les centaines de cryptomonnaies existantes.

Toujours selon le quotidien français, les sécessionnistes font appel à un procédé baptisé « hard fork » qui nécessite une intervention humaine, ce qui fait entorse aux principes mêmes de la communauté bitcoin. « Il y a une sorte d’allergie au “hard fork” sur bitcoin », explique Alexandre Stachtchenko, cofondateur de Blockchain Partner et président de La Chaintech, qui vise à favoriser la visibilité des acteurs francophones de la blockchain. « Ces dernières années, il y a toujours eu une volonté d’éviter ce recours extrême. » Pour garantir la sécurité et la transparence de ses transactions, la blockchain fait en effet prévaloir le code sur l’intervention humaine.

Les partisans du nouveau bitcoin cash promeuvent une démocratisation du bitcoin. « Selon eux, le bitcoin devrait être une monnaie accessible à tous, avec laquelle nous pourrions réaliser des transactions du quotidien, explique Quentin de Beauchesne, de la communauté spécialisée CryptoFR. Une telle démocratisation implique que le réseau puisse supporter beaucoup de transactions, d’où leur volonté d’augmenter la taille des blocs. » Dans l’absolu, la création de cette nouvelle cryptomonnaie devrait permettre de multiplier par huit le nombre de transactions traitées.

Toujours selon Le Figaro, les défenseurs du bitcoin traditionnel estiment que sa valeur dépend surtout de sa solidité et de sa décentralisation. « Son seul atout est de résister à la censure et d’être difficile à attaquer, du fait de sa décentralisation », précise Quentin de Beauchesne.

L’apparition du bitcoin cash n’est pas une première. D’autres cryptomonnaies ont en effet suivi le lancement du bitcoin en 2008, comme l’ethereum en juillet 2015 ou le zcash en octobre 2016.

Monnaie virtuelle, également appelée cryptomonnaie, le bitcoin est un système basé sur le pair-à-pair qui aurait été inventé par un Japonais, Satoshi Nakamoto. Le principe de création de cette monnaie repose sur la blockchain, une technologie qui utilise des blocs de transaction codés et authentifiés qui s’ajoutent les uns aux autres. La blockchain est réputée infalsifiable car, pour modifier une information, il faut la changer en même temps chez tous les utilisateurs, ce qui a tendance à assurer la stabilité du système.

Le bitcoin est produit par la résolution de problèmes mathématiques complexes, processus que l’on appelle minage, et est normalement limité à 21 millions d’unités, total qui n’a pas encore été atteint.