L’économie européenne a pris du mieux au deuxième trimestre

Un employé travaille sur une chaîne d'assemblage d'une usine de FagorBrandt à Saint-Jean-de-la-Ruelle en France.
Photo: Guillaume Souvant Agence France-Presse Un employé travaille sur une chaîne d'assemblage d'une usine de FagorBrandt à Saint-Jean-de-la-Ruelle en France.

Bruxelles — Au cours du deuxième trimestre de 2017, le PIB corrigé des variations saisonnières a augmenté de 0,6 % tant dans la zone euro (ZE19) que dans l’UE28 par rapport au trimestre précédent, selon l’estimation rapide préliminaire publiée par Eurostat, l’office statistique de l’Union européenne.

Au cours du premier trimestre de 2017, le PIB avait progressé de 0,5 % dans les deux zones. En comparaison avec le même trimestre de l’année précédente, le PIB a enregistré une hausse de 2,1 % dans la zone euro et de 2,2 % dans l’UE28 au deuxième trimestre 2017, après des progressions de 1,9 % et de 2,1 % au premier trimestre 2017.

Dans la zone euro, le taux de chômage corrigé des variations saisonnières s’est établi à 9,1 % en juin 2017, en baisse par rapport au taux de 9,2 % enregistré en mai 2017 et à celui de 10,1 % de juin 2016. Il s’agit du taux le plus faible enregistré dans la zone euro depuis février 2009.

Dans l’UE28, le taux de chômage s’est établi à 7,7 % en juin 2017, stable par rapport à mai 2017 et en baisse par rapport au taux de 8,6 % de juin 2016. Cela demeure le taux le plus faible enregistré dans l’UE28 depuis décembre 2008.

Parmi les États membres, les taux de chômage les plus faibles en juin 2017 ont été enregistrés en République tchèque (2,9 %), en Allemagne (3,8 %) ainsi qu’à Malte (4,1 %). Les taux de chômage les plus élevés ont quant à eux été relevés en Grèce (21,7 % en avril 2017) et en Espagne (17,1 %).

Sur un an, le taux de chômage a baissé dans tous les États membres dont les données sont comparables dans le temps, sauf en Estonie où il a augmenté (de 6,5 % en mai 2016 à 6,9 % en mai 2017). Les baisses les plus marquées ont été observées en Espagne (de 19,9 % à 17,1 %) et en Croatie (de 13,3 % à 10,6 %).