Hydro-Québec offrira une tarification variable

Cette recommandation s’appuie sur un projet-pilote mené en 2008 par Hydro-Québec, aux résultats mitigés.
Photo: Michaël Monnier Le Devoir Cette recommandation s’appuie sur un projet-pilote mené en 2008 par Hydro-Québec, aux résultats mitigés.

Hydro-Québec proposera un programme permettant à ses consommateurs de payer des tarifs variables selon les heures de la journée, comme le propose la Régie de l’énergie, mais elle n’est pas certaine de pouvoir l’implanter dès l’hiver.

Dans un rapport sur l’amélioration des pratiques tarifaires rendu public jeudi, la Régie de l’énergie propose au gouvernement du Québec de demander à la société d’État de présenter des options volontaires de tarification dynamique en vue d’une mise en application à l’hiver 2018-2019.

Le ministre de l’Énergie, Pierre Arcand, dit voir d’un bon œil cette proposition. Hydro-Québec indique donc qu’elle ira de l’avant, tout en précisant que les délais sont serrés.
« On va regarder les possibilités et on va travailler fort pour respecter l’échéancier, mais on le dit en toute transparence : ça représente un défi », admet le porte-parole de la société d’État, Marc-Antoine Pouliot.

Pour qu’un programme volontaire de tarification dynamique puisse s’appliquer l’hiver prochain, il faudrait en principe qu’Hydro-Québec en présente les détails dans sa prochaine demande tarifaire, qui doit être déposée à la fin du mois de juillet.

La tarification dynamique permet de faire varier le coût de l’électricité selon le moment de sa consommation, ce qui fait en sorte que l’électricité coûte moins cher le jour et la nuit, et plus cher le matin et le soir, lorsque la consommation de la province atteint un sommet.

La Régie de l’énergie propose de miser sur un programme qui concernerait les « heures critiques », c’est-à-dire les heures les plus froides de l’hiver pendant lesquelles les Québécois chauffent au maximum.

Cette recommandation s’appuie sur un projet-pilote mené en 2008 par Hydro-Québec, aux résultats mitigés. Les clients qui pouvaient profiter de tarifs variables selon l’heure de la journée n’ont pas déplacé leur consommation de manière significative, mais ceux qui devaient payer plus cher pour les 100 « heures critiques » de l’hiver ont modifié leurs habitudes.

Économies possibles
Reste à voir quel type de programme et quels tarifs Hydro-Québec décidera d’appliquer. La société d’État tentera de trouver un juste équilibre pour inciter les clients qui adhéreront au programme à déplacer leur consommation, en mettant la sécheuse en marche le jour plutôt que le soir, par exemple.

« Un client qui adhère au programme et qui gère bien sa consommation va avoir des économies, souligne M. Pouliot. Il va y avoir des économies pour le client, pour Hydro-Québec, et par le fait même pour l’ensemble des clients, parce qu’en réduisant la demande aux heures de pointe, on va éviter de coûteuses importations d’électricité. » Le porte-parole fait remarquer que le programme s’appliquera à tous les clients, qu’ils soient résidentiels, commerciaux ou industriels.

Selon l’analyste en matière d’énergie à l’Union des consommateurs, Marc-Olivier Moisan-Plante, la future tarification dynamique est la bienvenue, à condition qu’elle ne devienne pas obligatoire. « Le fait que la Régie propose de le faire sur une base volontaire est une bonne nouvelle, parce qu’on croit que l’imposition du programme à l’ensemble de la clientèle résidentielle ne ferait pas que des heureux », dit-il.

Hydro-Québec soutient que l’imposition de la tarification dynamique à tous les clients n’est pas envisagée.

1 commentaire
  • Richard Olivier - Abonné 23 juin 2017 14 h 17

    Comme en Ontario

    Faite votre lavage à 10 pm
    Souper à 7 / 8 pm
    Déjeuner à 5 am

    Canicule: Fermer l`air climatisé et ouvrir la porte du frigo..

    On en est redu là........Pas d` allure vers ou la société s`en va avec le capitaliste de fou ( Exception pour le 1% )