Des compagnies pétrolières défendent la taxe carbone

Baptisée «taxe dividende carbone», cette taxe serait fixée à 40$US la tonne de CO2 et serait appelée à augmenter progressivement.
Photo: iStock Baptisée «taxe dividende carbone», cette taxe serait fixée à 40$US la tonne de CO2 et serait appelée à augmenter progressivement.

New York — Des compagnies pétrolières, dont ExxonMobil, ont apporté mardi leur soutien à l’instauration d’une taxe carbone aux États-Unis, taxe qui permettrait de réduire les émissions de CO2 en dépit de la décision de Donald Trump de retirer le pays de l’Accord de Paris.

Le géant pétrolier américain BP, Total et Royal Dutch Shell ont acheté des pages de publicité dans de grands médias aux États-Unis pour défendre cette proposition, présentée en février par un groupe de républicains parmi lesquels se trouvent les anciens secrétaires d’État James Baker et George Shultz, ainsi que l’ancien secrétaire au Trésor Henry Paulson, réunis au sein de l’association Climate Leadership Council pour lutter contre le réchauffement climatique.

Baptisée « taxe dividende carbone », cette taxe serait fixée à 40 $US la tonne de CO2 et serait appelée à augmenter progressivement. Concrètement, le prix du gallon d’essence (3,78 litres) à la pompe serait augmenté de 36 ¢US, ce qui rapporterait initialement 200 milliards, somme qui serait par la suite redistribuée aux ménages, soit en moyenne 2000 $US par famille de quatre personnes.

Cette solution, destinée à remplacer les mesures préalablement mises en place par le gouvernement Obama, telles que le plafond d’émissions pour les centrales à charbon, permettrait de réduire les émissions américaines en dépit du retrait de l’Accord de Paris sur le climat, affirment ses auteurs.

L’une des dispositions l’accompagnant vise à protéger en revanche les groupes pollueurs contre les poursuites judiciaires. Des ajustements aux frontières sur des biens importés de pays ne disposant pas d’une « taxe-dividende carbone » seraient également effectués.

C’est la première fois qu’ExxonMobil soutient activement une initiative contre le réchauffement climatique. Si son ancien p.-d.g., Rex Tillerson, devenu secrétaire d’État, s’était dit favorable en 2009 à une taxe carbone, le groupe texan n’avait jamais apposé son nom derrière une mesure publique. « ExxonMobil estime que le but d’une politique de taxe carbone devrait être de réduire des émissions au coût le plus économique possible pour la société », explique Darren Woods, le nouveau p.-d.g.

Outre les groupes pétroliers, PepsiCo, General Motors, Schneider Electric, Santander, Procter Gamble, Unilever et Johnson Johnson apportent également leur voix à cette solution de « taxe dividende carbone ».