Selon le Groupe WSP, les projets d’infrastructures soutiennent le Canada

WSP Global attend des nouvelles de grands contrats potentiels, comme celui du train léger de Montréal.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir WSP Global attend des nouvelles de grands contrats potentiels, comme celui du train léger de Montréal.
Le Groupe WSP Global s’attend à ce que le déploiement du programme de dépenses en infrastructure du gouvernement fédéral aide le Canada à traverser les difficultés de son secteur pétrolier dans les quelques prochaines années, a indiqué mercredi le chef de la direction de la société de génie-conseil.

« Je suis optimiste quant aux perspectives à long terme du Canada, mais nous devons simplement être patients », a estimé Alexandre L’Heureux à la suite de l’assemblée annuelle des actionnaires de l’entreprise, pendant laquelle elle a dévoilé un nouveau logo mondial.

La montréalaise WSP Global a éliminé des centaines d’emplois canadiens pendant trois années de ralentissement, une situation largement attribuable à la faiblesse du secteur du pétrole et du gaz naturel dans l’Ouest canadien. Mais l’emploi a augmenté au cours de la dernière année au Québec et en Ontario, et d’autres emplois devraient être ajoutés au fur et à mesure que l’économie continuera de s’améliorer.

Le gouvernement libéral compte dépenser 81,2 milliards par l’entremise de son programme d’infrastructure au cours des 11 prochaines années. Ce montant comprend 35 milliards réservés à la Banque de l’infrastructure.

WSP Global a récemment obtenu un contrat — son premier attribuable aux dépenses fédérales d’infrastructure — pour un projet d’expansion du réseau de transport en commun d’Edmonton. « Nous avons l’impression qu’un élan va peut-être prendre racine au pays et que nous allons voir une nouvelle reprise de l’activité dans les infrastructures dans les années à venir », a affirmé M. L’Heureux. WSP Global a dit attendre des nouvelles au sujet d’autres grands contrats potentiels, notamment pour les projets de trains légers de Montréal et d’Ottawa et pour l’expansion du terminal portuaire de Roberts Bank, à Vancouver.

M. L’Heureux s’attend à ce que cette année soit occupée au chapitre des soumissions pour de futurs contrats.

La société s’attend à réaliser d’autres acquisitions dans l’année à venir, ce qui devrait lui permettre de réaliser son plan stratégique, qui consiste à atteindre un effectif mondial de 45 000 employés et un chiffre d’affaires de 6 milliards d’ici la fin de l’an prochain. Elle compte actuellement 36 000 employés et ses revenus s’élèvent à 4,9 milliards.

Par ailleurs, WSP Global a connu un solide début d’exercice et a dévoilé mercredi une importante croissance de ses profits et de ses revenus. Pour le trimestre clos le 1er avril, l’entreprise a affiché un bénéfice de 47,6 millions, soit 47 ¢ par action. En comparaison, elle avait engrangé un bénéfice de 27,6 millions, ou 28 ¢ par action, pour la même période un an plus tôt. Le bénéfice net ajusté s’est élevé à 49,8 millions, soit 49 ¢ par action, en hausse par rapport à celui de 33,1 millions, ou 33 ¢ par action, un an plus tôt. Les revenus nets se sont établis à 1,28 milliard, prenant ainsi 10 % par rapport au premier trimestre de l’année dernière. Cette croissance recule cependant à 4 % si l’on exclut le nombre de jours ouvrables supplémentaires du plus récent trimestre.

Selon M. L’Heureux, WSP se trouve dans une position enviable au Royaume-Uni, ce qui devrait lui permettre d’éviter l’impact du Brexit. Les activités dans le secteur commercial privé avaient ralenti il y a quelques mois, mais l’optimisme a été un peu plus présent ces quatre à six dernières semaines.