Les exportations canadiennes ont atteint un sommet inégalé en mars

Les exportations canadiennes ont grimpé de 3,8 % à 47 milliards. Les volumes ont gagné 2,5 % pendant que les prix prenaient 1,3 %.
Photo: Jonathan Hayward La Presse canadienne Les exportations canadiennes ont grimpé de 3,8 % à 47 milliards. Les volumes ont gagné 2,5 % pendant que les prix prenaient 1,3 %.

Ottawa — Les secteurs de l’énergie et des biens de consommation ont permis aux exportations canadiennes d’atteindre un niveau record en mars, tandis que le déficit commercial du pays reculait à 135 millions, a indiqué jeudi Statistique Canada.

« C’est un solide rapport », a observé Benjamin Reitzes, analyste pour BMO Marchés des capitaux. La diminution du déficit en mars faisait suite à un déficit révisé de 1,1 milliard en février.

Les gains de huit des onze secteurs en mars ont permis aux exportations de grimper de 3,8 % à 47 milliards. Les volumes ont gagné 2,5 % pendant que les prix prenaient 1,3 %. De l’autre côté de l’équation, les importations ont progressé de 1,7 % pour atteindre 47,1 milliards, avec des gains dans sept des onze secteurs. Les prix ont grimpé de 1,9 %, tandis que les volumes ont retraité de 0,2 %.

L’excédent commercial du Canada avec les États-Unis a glissé à 4 milliards en mars, comparativement à celui de 4,5 milliards du mois de février. Les exportations vers les États-Unis ont progressé de 0,1 % à 34,4 milliards, tandis que les importations en provenance des États-Unis ont augmenté de 2 % à 30,4 milliards. Entre-temps, le déficit commercial du Canada avec le reste du monde s’est rétréci à 4,1 milliards, comparativement à un déficit de 5,6 milliards en février.

Déficit américain

Aux États-Unis, le déficit commercial s’est très légèrement replié en mars malgré une aggravation du déséquilibre avec la Chine, a indiqué le département du Commerce jeudi. En données corrigées des variations saisonnières, le solde chroniquement déficitaire des échanges des États-Unis avec le reste du monde s’est établi à 43,7 milliards $US, en recul de 0,2 % sur un mois. Ce très léger repli traduit un recul autant des exportations (-0,8 % à 191 milliards) que des importations (-0,7 % à 234,7 milliards).

En termes géographiques, le traditionnel déficit sur les échanges de marchandises avec la Chine a flambé de 7 % en un mois. Pékin figure dans le collimateur du gouvernement Trump, qui accuse le pays de pratiques commerciales déloyales destinées à doper ses exportations.

Le déficit américain avec l’Union européenne a lui aussi explosé (+19,1 %) pour s’établir à 11,2 milliards, dont la moitié avec l’Allemagne, en dépit d’exportations américaines records vers l’UE en mars. Celui avec le Mexique a par ailleurs atteint en mars son plus haut niveau depuis novembre 2007.