Québec vole au secours de l’industrie du bois d'oeuvre

Des ouvriers d’un moulin à bois écoutaient mardi la première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, qui promettait de défendre leurs intérêts.
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne Des ouvriers d’un moulin à bois écoutaient mardi la première ministre de la Colombie-Britannique, Christy Clark, qui promettait de défendre leurs intérêts.

Alors que Québec estime l’impact global sur les 178 entreprises touchées à environ 300 millions et démarre un guichet financier pour les soutenir, l’industrie du bois de construction redoute déjà des « conséquences à très court terme » en raison des sommes importantes qui devront être déboursées dans les prochains jours. Pendant ce temps, Ottawa se fait tirer l’oreille pour qu’il fasse son devoir, mais le premier ministre Justin Trudeau a affirmé au président américain que le gouvernement canadien défendrait l’industrie bec et ongles.

Rappelant les victoires juridiques des trois dernières décennies, les milieux politique, industriel et syndical ont fait front commun mardi pour dénoncer tour à tour la décision de Washington d’imposer des droits compensateurs de 19,88 % à la grande majorité des producteurs canadiens.

Québec a annoncé un programme de prêts et de garanties de prêts pour aider les entreprises « dans un contexte de manque de liquidités dans les prochains mois »,a dit la ministre de l’Économie, Dominique Anglade. Ce guichet sera administré par le ministère de l’Économie et Investissement Québec.

Photo: Jacques Boissinot La Presse canadienne La ministre de l’Économie, Dominique Anglade, le ministre des Forêts, Luc Blanchette, et le négociateur pour le Québec, Raymond Chrétien

Cinquième ronde

Le conflit qui s’ouvre est le cinquième depuis le début des années 1980, mais le Canada a eu gain de cause devant les tribunaux à chaque reprise. Lors de la dernière crise, qui s’est étendue de 2001 à 2006, les producteurs ont dû verser plus de 5 milliards, une somme qui n’a été que partiellement remboursée lorsque les parties ont fini par s’entendre.

En gros, les producteurs américains affirment que leurs vis-à-vis canadiens jouissent d’avantages injustes en raison du fait qu’ils mènent leurs activités sur des terres publiques. Or les États-Unis ne sont pas autosuffisants : le Canada fournit plus ou moins le tiers du bois consommé dans la construction.

« Les droits sont déraisonnables et injustifiés, particulièrement pour le Québec, qui a adopté un nouveau régime forestier en 2013 basé sur ce que les Américains nous demandaient de mettre en place »,a dit le p.-d.g. du Conseil de l’industrie forestière du Québec (CIFQ), André Tremblay. Sans entrer dans les détails concernant l’étendue des pertes d’emplois que pourraient craindre les régions, M. Tremblay a dit que la décision de Washington peut avoir des « conséquences à très court terme sur les entreprises et les travailleurs ».

Le CIFQ a insisté lourdement sur son souhait d’une implication fédérale. « Cette aide est d’autant plus urgente que la rétroactivité des taxes touche principalement des producteurs du Québec, a dit M. Tremblay. Ceux-ci devront, dans les prochains jours, débourser une somme se situant entre 50 et 60 millions de dollars. Ils seront incapables de le faire sans un soutien gouvernemental. »

Pertes d’emplois

Le directeur québécois d’Unifor a indiqué que, pendant la dernière crise, le syndicat a perdu 12 000 membres. À l’heure actuelle, l’industrie chiffre à 60 000 le nombre de travailleurs du secteur forestier au Québec. À l’échelle du pays, il existe 171 communautés de recensement, parmi lesquelles plus de 20 % des revenus de la population dépendent de la foresterie.

Au sud de la frontière, la National Association of Home Builders a livré un verdict accablant des propos du secrétaire au Commerce, Wilbur Ross, selon lequel la manoeuvre tarifaire n’affectera pas le prix des maisons. « La NAHB estime qu’il en résultera des pertes de revenu personnel de 500 millions pour les travailleurs, de 350 millions en revenus fiscaux et de plus de 8200 emplois à temps plein », a-t-elle écrit. Les prix du bois d’oeuvre ont déjà bondi de 22 % depuis le début de l’année « en prévision des tarifs ».

Les dirigeants d’Unifor et du CIFQ étaient à Québec aux côtés des ministres du gouvernement Couillard responsables du dossier, soit Dominique Anglade (Économie), Luc Blanchette (Forêts) et Christine St-Pierre (Relations internationales). Mme Anglade a affirmé que les droits compensateurs sont « injustifiables et parfaitement déraisonnables », tandis que M. Blanchette a jugé la décision « décevante, inacceptable, déraisonnable et [discutable] ».

Au sujet des appels invitant Ottawa à offrir des prêts et des garanties de prêts, Mme Anglade a dit qu’« on sent bien qu’il y a une volonté de la part du fédéral d’intervenir, mais la question, c’est comment et quand ».

M. Trudeau et le président Donald Trump ont discuté du conflit lors d’un entretien téléphonique et ont reconnu l’intérêt pour tous d’en venir à une entente négociée. Selon un compte rendu distribué par le bureau du premier ministre, celui-ci a « réfuté les allégations sans fondement du département américain du Commerce et la décision d’imposer des droits injustes ».

Programmes existants

Ottawa a dit qu’un certain nombre de programmes de financement existent déjà pour aider les entreprises, notamment à la Banque de développement du Canada et à EDC. « Nous travaillons avec les provinces et nous travaillons avec l’industrie pour trouver une façon de l’aider » en fonction de ce qui est nécessaire pour « traverser cette période », a dit le ministre des Ressources naturelles, Jim Carr.

M. Carr doit s’entretenir avec ses homologues provinciaux jeudi. À Ottawa, les partis d’opposition ont accusé les libéraux d’avoir fait la sourde oreille aux demandes du Québec et de l’Ontario.

À l’Union des municipalités du Québec, on estime l’impact sur l’industrie québécoise à au moins 200 millions. « Même si le Québec a fait ses devoirs et s’est doté, en 2013, d’un nouveau régime forestier respectant les règles de libre marché exigées par son partenaire américain, ce dernier a cédé aux pressions du puissant lobby forestier des États-Unis en se repliant vers le protectionnisme », a affirmé dans un communiqué le premier vice-président et maire de Drummondville, Alexandre Cusson.

En plus des droits compensateurs annoncés lundi soir, le département américain du Commerce devrait annoncer le 23 juin une décision préliminaire concernant des droits antidumping. La décision finale est attendue en novembre 2017.

Que des négociations reprennent ou pas, le Canada a deux recours juridiques possibles : l’Organisation mondiale du commerce et le chapitre XIX de l’Accord de libre-échange nord-américain.

Selon le négociateur du gouvernement du Québec dans le dossier, l’ex-ambassadeur Raymond Chrétien, l’espoir d’une entente d’ici la fin de l’année est nul. « Les Américains sont toujours très durs en affaires et ne nous font jamais de cadeau, a-t-il affirmé en conférence de presse. Ultimement, ils tiennent le gros bout du bâton, et c’est ce qui est frustrant dans les négociations sur le bois d’oeuvre. »

3 commentaires
  • Raynald Rouette - Abonné 25 avril 2017 19 h 01

    Trump et le bois d'oeuvre


    Que d'arrogance! Crise montée de toute pièce...

    Tous deux représentent très bien, ce pourquoi les américains, sont tellement haïs dans le monde.

  • Christophe Pommier - Inscrit 26 avril 2017 06 h 40

    Nous attendions quoi ?

    J’ose espérer que nos gouvernements feront plus que fournir des prêts garantis. Sortir de l’argent de la poche des contribuables et la donner à Donald Trump n’est pas la solution. Quand même incroyable qu’ils commencent à trouver des solutions maintenant alors que nous savions déjà depuis 100 jours que cela allait arriver. Je dirais même plus nous le savions depuis les cinq conflits précédents.
    Un autre exemple de gestion proactive appliquée comme pour le système de paie Phénix.
    J’ose espérer que nos entreprises avaient déjà commencé à changer leurs méthodes de production et de commercialisation. En espérant que tout cela n’est qu’un feu d’artifice. Comme payeur de taxes dépassant largement la moitié de mon revenu (incluant les taxes à la consommation), je m’attends à beaucoup de mes gouvernements.
    A suivre

  • Jean-Pierre Marcoux - Abonné 26 avril 2017 09 h 07

    Rengaine

    Aujourd'hui, sur le site de Radio-Canada, on fait le point objectif sur le bois d'oeuvre canadien et québécois.

    C'est à peu près la même situation que toutes les autres fois où les ÉUA ont contesté l'entente ALÉNA.

    Pourquoi l'industrie ne s'est-elle pas adapté de manière à ne pas dépendre indument du marché américain?

    Je me rappelle que, lors des précédents épisodes, l'une des stratégies était de procéder à une transformation de ce bois d'oeuvre pour lui permettre de changer de catégorie et, ainsi ne pas être sujet à contestation.

    Pourquoi qu'à peu près rien n'a été fait en ce sens ? En transformant le bois, on lui donne une valeur ajoutée. On crée de nouveaux produits et on crée des emplois.

    Il y a des écoles de design et d'ingénérie, des instituts de recherche au Québec qui pourraient contribuer des solutions.

    Mais on se contente de se plaindre, de s'apitoyer sur notre pôvre de pôvre sort.