Les contrats sans fil posent encore problème

Le nombre de plaintes dans leur ensemble est en baisse, mais la clarté du langage des contrats figure encore au coeur des problèmes les plus fréquents aux yeux des clients, constate le commissaire aux plaintes relatives aux services de télécommunications (CPRST) dans son dernier rapport semestriel. Le CPRST a résolu 90 % des quelque 3900 plaintes traitées entre le 1er août et le 31 janvier, mais a recensé 52 violations au Code sur les services sans fil. De ce nombre, 16 violations concernaient le contenu du contrat qui s’avérait non conforme à ce qu’exige le Code en matière d’information. « Dans une transaction faite par un consommateur, il faut comprendre en quoi consiste le service ou le produit que l’on obtient en s’abonnant, a affirmé dans un communiqué le commissaire Howard Maker. C’est possible uniquement si les fournisseurs de services informent clairement les clients de leurs droits et obligations. »