Le CN propose une trêve à ses syndiqués en grève

Le CN propose une trêve au syndicat représentant 5000 de ses employés en grève depuis trois semaines.

Dans un communiqué transmis hier, la direction du CN demande aux grévistes de reprendre le travail pendant qu'elle poursuivra les négociations avec le syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA).

Trois options

Le CN propose en fait trois options aux TCA pour dénouer l'impasse: une trêve, que la direction qualifie de «période de réflexion de bonne foi»; un arbitrage exécutoire; ou encore que les TCA soumettent à leurs membres la dernière offre de l'employeur.

Un porte-parole des TCA, Abe Rosner, a dit que le syndicat étudiera ces trois options. Il s'est toutefois montré peu favorable à l'arbitrage exécutoire, préférant un règlement négocié.

Selon M. Rosner, «ce n'est qu'une question de temps» avant que les parties ne trouvent un terrain d'entente. «Nous ne sommes pas chauds à l'idée de recourir à l'arbitrage parce que ce serait une échappatoire», a précisé le porte-parole syndical.

Les TCA représentent des travailleurs des ateliers, des bureaux, du service à la clientèle ainsi que des installations intermodales du CN. Ceux-ci sont en grève depuis le 19 février, après qu'ils eurent rejeté une proposition de convention collective de trois ans prévoyant des augmentations de salaire annuelles de 3,5, 3,1 et 3,1 %. Cette proposition avait pourtant fait l'objet d'une recommandation favorable de la part du syndicat.

Le 27 février, le CN a présenté de nouvelles offres comportant, selon la direction, une proposition de règlement à «une question non financière que les TCA avaient jugé importante en vue d'un règlement».