Stornoway et Dominion Diamond pourraient fusionner

Stornoway exploite le site minier Renard dans la région de la Baie-James, seul producteur de diamants au Québec.
Photo: Stornoway Diamond Corporation Stornoway exploite le site minier Renard dans la région de la Baie-James, seul producteur de diamants au Québec.

Citant des sources auxquelles ce dossier est familier, l’agence Reuters a évoqué lundi un scénario de fusion entre Dominion Diamond, numéro trois mondial dans l’industrie du diamant, et la petite québécoise Stornoway. Cette transaction éventuelle serait de nature défensive.

Reuters situait ce rapprochement entre les deux joueurs de l’industrie diamantifère présents au Canada dans une démarche défensive, Dominion Diamond tentant d’esquiver une offre d’achat non sollicitée de 1,1 milliard $US lancée par le milliardaire américain Dennis Washington. Les parties ont refusé de commenter.

L’action de Stornoway est partie d’un creux de 80 ¢ en clôture le 14 mars pour s’échanger mardi à 98 ¢. Si la fusion toute en actions se concrétisait, le chef de la direction de la minière québécoise occuperait les mêmes fonctions au sein de la nouvelle entité.

Stornoway exploite le site minier Renard dans la région de la Baie-James, seul producteur de diamants au Québec. Dominion détient le site Ekati, dans les Territoires du Nord-Ouest, et une participation de 40 % dans la mine Diavik. Outre sa tentative d’échapper aux prétentions de The Washington Companies, elle pourvoirait le poste de direction laissé vacant depuis janvier, ajoute Reuters.

Inhabituels

Dominion estime que les termes de l’offre non sollicitée de Washington sont inhabituels et inacceptables. Son action a bondi de 23 % à 12,20 $US en clôture lundi, demeurant toutefois loin sous le prix de 13,50 $US offert par Washington.

Les analystes cités par l’agence de presse estiment que d’autres prétendants pourraient se manifester. Parmi eux, Rio Tinto, qui détient les 60 % restants de la mine Diavik, et le géant mondial du diamant De Beers, déjà présent au Canada.

Pour Stornoway, un tel regroupement serait l’occasion de prendre de l’expansion dans une industrie affichant une offre plafonnée en raison de la difficulté de dénicher de nouveaux gisements, souvent localisés dans des régions éloignées, et commandant des coûts de développement très élevés.


 
1 commentaire
  • Denis Paquette - Abonné 22 mars 2017 01 h 10

    apres une période d'opulence , il apparaitra une période grande famine

    les anglais sont- ils en train de consolider leur économie, serait -ce que la liberté économique est devenue une foutaise, ne fait-elle pas que de nous enfoncer encore plus dans le désespoir, le probleme il est simple nous sommes trop nombreux pour ce que la planete peut produire, encore quelques années de consolidation, et ensuite il ne restera plus, qu'a crever, je sais, je sais , vous ne voulez-pas le savoir, n'est ce pas exactement ce que les écrits anciens nous annoncaient, ne nous disent-ils pas qu'apres une période d'opulence apparaitra une période de grandes famines