Shell vend l’essentiel de son actif dans les sables albertains

L’un des sites d’extraction de Shell en Alberta
Photo: Jeff McIntosh La Presse canadienne L’un des sites d’extraction de Shell en Alberta

Deux autres noms se sont ajoutés à la liste des grandes pétrolières se retirant des sables bitumineux. Le géant néerlandais Shell vend l’essentiel de ses éléments d’actif pétroliers en Alberta pour l’équivalent de 11,1 milliards.

Canadian Natural Resources (CNR) versera 5,4 milliards $US et 98 millions d’actions à Royal Dutch Shell pour sa participation de 60 % dans le projet Athabasca, au nord de Fort McMurray. Elle met également la main sur le projet Quest de captage et de stockage de carbone de Shell, près d’Edmonton.

Dans une transaction distincte, CNR et Shell achètent la participation de 20 % de la texane Marathon Oil dans Athabasca, versant chacune 1,25 milliard $US. L’américaine entend s’en remettre au pétrole de schiste aux États-Unis.

De classe mondiale

Commentant la transaction, CNR s’est réjoui de mettre la main « sur un site de classe mondiale pour 40 % de moins que ce qu’il en coûterait pour tout construire », selon La Presse canadienne. Pour sa part, Shell, déjà engagée dans un programme de délestage d’actif de 30 milliards $US afin d’abaisser sa dette, veut se concentrer sur le développement et l’exploitation de sites promettant de meilleurs rendements.

L’agence Reuters indique qu’en réponse à la pression des investisseurs l’invitant à gérer les risques liés au changement climatique, Shell a également décidé de lier 10 % des bonis de ses dirigeants à des objectifs de gestion des émissions de gaz à effet de serre tout au long de sa chaîne de production.

Shell et Marathon ajoutent leur nom à la liste des grandes pétrolières se retirant des sables bitumineux en réaction à la chute des cours pétroliers, le pétrole extrait des sables étant coûteux et hautement polluant. La norvégienne Statoil avait posé un geste similaire en janvier. Shell avait déprécié la valeur de son actif canadien en 2015. ConocoPhillips et ExxonMobil y ont fait écho.

En février dernier, le Wall Street Journal indiquait qu’Exxon irait plus loin et annoncerait sous peu que 3,6 milliards de barils devant être extraits au cours des prochaines décennies resteront enfouis pour une question de coûts et de rentabilité.

Le Devoir rappelait également qu’en raison de nouvelles règles comptables américaines la pétrolière Impériale, filiale d’Exxon, devait retrancher 2,6 milliards de barils de ses « réserves prouvées ». Les autorités de réglementation en valeurs mobilières aux États-Unis se sont intéressées à l’évaluation des réserves des compagnies pétrolières.

Applaudissant le geste de Shell, le porte-parole de Greenpeace, Ben Ayliffe, a précisé que, depuis 2014, près de 50 projets en Alberta ont été mis sur la glace.