SNC-Lavalin décroche un important contrat à Oman

La ville de Salalah, dans le sud d’Oman
Photo: Marcys George Agence France-Presse La ville de Salalah, dans le sud d’Oman

SNC-Lavalin a décroché un contrat d’ingénierie, d’approvisionnement et de construction pour une usine d’ammoniac anhydre dans la ville de Salalah, à Oman, au Moyen-Orient.

La valeur de l’entente, annoncée lundi, n’a pas été dévoilée par la firme d’ingénierie et Salalah Methanol Company. Toutefois, l’analyste Benoit Poirier, de Desjardins Marché des capitaux, a estimé, dans une note envoyée par courriel, que la valeur du projet pourrait atteindre 750 millions.

Les premiers travaux devraient commencer dès ce mois-ci. La firme d’ingénierie établie à Montréal a indiqué qu’elle pilotera ce projet depuis son bureau situé à Abu Dhabi, aux Émirats arabes unis.

10,7 milliards
La valeur du carnet de commandes de SNC-Lavalin à la fin de 2016

M. Poirier a accueilli favorablement la nouvelle, soulignant que ce contrat viendrait bonifier le carnet de commandes du secteur des mines et métallurgie de SNC-Lavalin, qui, à la fin du quatrième trimestre, était d’environ 300 millions.

En dévoilant ses résultats du quatrième trimestre, la semaine dernière, SNC-Lavalin avait fait état d’un bénéfice net de 1,6 million, ou un 1 ¢ par action, en recul par rapport à celui de 49,2 millions, ou 33 ¢ par action, d’il y a un an. Ses revenus avaient fléchi de 17 % à 2,21 milliards.

En bonne position

Après des reculs de son bénéfice net de ses revenus en 2016, SNC-Lavalin disait anticiper une hausse des profits dans la quasi-totalité de ses secteurs d’activité et s’estime en bonne position pour décrocher d’importants contrats. À l’exception de son secteur des mines et de la métallurgie, SNC-Lavalin prévoit une progression du profit ajusté émanant de ses activités d’ingénierie et de construction variant de 13 à 32 %. Sa prévision pour la fourchette de son profit ajusté par action oscille entre 1,70 $ et 2 $.

SNC-Lavalin soulignait pouvoir profiter des augmentations des dépenses en infrastructures en Amérique du Nord, de la vigueur du secteur nucléaire à l’échelle mondiale et d’autres occasions d’affaires dans le secteur pétrolier et gazier au Moyen-Orient et aux États-Unis.

Son carnet de commandes atteignait 10,7 milliards de dollars à la fin de 2016.

Fondée en 1911, SNC-Lavalin compte quelque 35 000 employés dans ses bureaux répartis dans plus de 50 pays.

Un analyste estime la valeur du projet à 750 millions.