Place à une confrontation entre Google et Uber

<p>Si Waze devait poursuivre son expansion au nord de la frontière américaine, il ferait face au Québec à Netlift, une entreprise qui offre le même genre de service.</p>
Photo: Brian Ach / Getty Images pour LocationWorld 2016 / Agence France-Presse

Si Waze devait poursuivre son expansion au nord de la frontière américaine, il ferait face au Québec à Netlift, une entreprise qui offre le même genre de service.

Un nouveau service de covoiturage piloté par Google livrera bientôt une compétition de taille à Uber sur les routes américaines. Le service Waze Carpool sera étendu à nombre de villes des États-Unis au cours des prochains mois, se rapprochant du marché québécois occupé par Netlift, une jeune entreprise qui offre un service semblable.

Waze, une application de navigation créée en 2008 en Israël, a lancé un projet-pilote en 2015 à Tel-Aviv et il y a quelques mois à San Francisco pour mettre à l’épreuve son nouveau service de covoiturage, baptisé Waze Carpool.

Deux services différents

L’expérience semble avoir été concluante, puisque le dirigeant de l’entreprise acquise par Google en 2013, Noam Bardin, a indiqué mercredi au Wall Street Journal que ce service sera offert prochainement dans une multitude de villes américaines et d’Amérique latine. Le nombre de villes et les endroits ciblés n’ont cependant pas été dévoilés.

Cette expansion laisse présager une collision frontale entre Waze et Uber, cette dernière étant déjà présente dans plusieurs dizaines de villes américaines.

Le service Waze Carpool est toutefois différent. Avec Uber, l’utilisateur choisit l’itinéraire et le conducteur le transporte du point A au point B. Avec Waze Carpool, le conducteur entre son itinéraire et l’application le jumelle avec des utilisateurs qui souhaitent emprunter le même trajet.

Un travailleur habitant en banlieue peut par exemple afficher son trajet vers le centre-ville et des utilisateurs qui veulent se rendre au même endroit à partir du même point de départ peuvent embarquer avec lui. Les passagers peuvent également être déposés en chemin. Le conducteur reçoit une compensation financière selon un tarif par kilomètre parcouru.

Si Waze devait poursuivre son expansion au nord de la frontière américaine, il ferait face au Québec à une entreprise qui offre le même genre de service.

La compagnie Netlift, fondée en 2012 par Marc-Antoine Ducas, permet elle aussi de jumeler des conducteurs et des utilisateurs.

L’entreprise québécoise mise cependant sur le transport intermodal : pour accroître le jumelage entre conducteurs et passagers, elle tient compte du réseau de transport en commun. Un utilisateur peut par exemple effectuer une portion de son trajet en covoiturage et être déposé à une station de métro pour poursuivre sa route.

Avec Netlift, le conducteur reçoit un montant prédéterminé, qui tient compte de la distance et des frais engagés.

L’entreprise multiplie les partenariats avec différentes entreprises, universités et divers services de transport. Elle a obtenu en juin dernier un financement de 1,3 million de dollars qui pourrait lui permettre de percer le marché ontarien d’ici la fin de 2017.

Se distinguer

Est-ce que l’arrivée sur le marché québécois d’un joueur de taille comme Waze constituerait une menace pour Netlift ? « Nous avons collectivement intérêt à développer davantage d’options de transport alternatif », répond simplement M. Ducas, joint à Mexico, où il mène actuellement des discussions pour y déployer sa plateforme.

« Nous voyons de nombreuses initiatives reliées au covoiturage depuis des années, Waze Carpool en étant une. Notre analyse de ce système est qu’il peut, dans certaines circonstances, fournir une option intéressante pour des routes très chargées, mais ce mode cesse de fonctionner dès qu’un réseau fiable de transport collectif est en place », fait-il valoir.