cache information close 

Siemens investit 133 millions pour moderniser son usine de Dorval

22 millions seront déployés dans le cadre de l’initiative inspirée du modèle allemand dual, qui inclut une large proportion de la formation en milieu de travail.
Photo: Christof Stache Agence France-Presse 22 millions seront déployés dans le cadre de l’initiative inspirée du modèle allemand dual, qui inclut une large proportion de la formation en milieu de travail.

Davos — La multinationale Siemens investira près de 133 millions dans son usine de Dorval, qui lui servira également de rampe de lancement en Amérique du Nord pour le déploiement d’une plateforme visant à aider les entreprises à accroître leur productivité et à améliorer la formation de la main-d’oeuvre.

L’annonce a été faite vendredi, au Forum économique mondial de Davos, dans le cadre de la mission économique qu’effectue le premier ministre Philippe Couillard dans les Alpes suisses. Québec octroie en échange un prêt de 20 millions.

Ainsi, le géant allemand investira 110,6 millions à Dorval, où travaillent 400 personnes, afin d’y réaliser de la recherche et du développement pour la conception ainsi que l’amélioration de turbines aérodérivées, utilisées notamment pour la production d’électricité. L’entreprise ne prévoit toutefois pas de procéder à des embauches.

Formation

De plus, 22 millions seront déployés dans le cadre de l’initiative inspirée du modèle allemand dual, qui inclut une large proportion de la formation en milieu de travail.

Siemens, qui estime être un chef de file dans l’intégration des technologies de pointe en milieu industriel, propose aux gens intéressés de venir observer gratuitement son modèle, a expliqué son chef de la direction, Joe Kaeser, pour ensuite l’implanter au sein de leurs organisations.

À terme, le gouvernement Couillard souhaite que cette initiative puisse accélérer le virage technologique des entreprises québécoises ainsi qu’améliorer la formation de la main-d’oeuvre, avec la participation des établissements d’enseignement, comme les cégeps et les universités.

Le dossier sera discuté dans le cadre du Rendez-vous national sur la main-d’oeuvre, qui doit se tenir le mois prochain.