L’ALENA, une priorité, selon le futur secrétaire américain au Commerce

Celui que Trump voudrait voir comme secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross.
Photo: Saul Loeb Agence France-Presse Celui que Trump voudrait voir comme secrétaire américain au Commerce, Wilbur Ross.

L’homme d’affaires désigné par Donald Trump pour devenir secrétaire américain au Commerce a prévenu mercredi que le nouveau gouvernement à Washington se pencherait « très, très rapidement » sur l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA).

Le milliardaire Wilbur Ross comparaissait mercredi devant le comité sénatorial qui doit entériner sa nomination. Il a précisé qu’en toute logique, la nouvelle intendance au Commerce se pencherait en premier lieu sur l’ALENA. M. Ross a expliqué que les États-Unis doivent consolider au mieux les relations avec leurs voisins avant de se tourner vers d’autres régions du monde. L’homme d’affaires se dit partisan d’un « commerce sensé », qui « ne désavantage pas les travailleurs et les manufacturiers américains ».

Donald Trump a souvent qualifié l’ALENA de « désastre » et promis de se débarrasser de cet accord commercial, ou du moins d’en renégocier les termes. Après l’élection présidentielle américaine, le gouvernement libéral à Ottawa a ouvert la porte à une « amélioration » de l’ALENA, entré en vigueur il y a 23 ans, en 1994.

Nouveau secrétaire parlementaire

En visite mercredi soir à Sherbrooke, Justin Trudeau a indiqué que son gouvernement discutait déjà avec le nouveau gouvernement Trump de différents sujets, dont le commerce extérieur. Le premier ministre a rappelé que « des millions d’emplois de la classe moyenne » dans les deux pays dépendent du commerce canado-américain. M. Trudeau a soutenu que même si M. Trump et lui ont été élus sur des plateformes différentes, ils partagent tous les deux le désir de protéger la classe moyenne.

Le premier ministre a par ailleurs confié mercredi au député Andrew Leslie, lieutenant-général à la retraite, la mission de tisser des liens avec le nouveau gouvernement Trump, composée de plusieurs anciens officiers militaires. M. Leslie est nommé secrétaire parlementaire de la nouvelle ministre des Affaires étrangères, Chrystia Freeland, elle-même une spécialiste du commerce, qui sera aussi responsable des relations commerciales avec les États-Unis. Le nouveau ministre du Commerce international, François-Philippe Champagne, avait été délesté des dossiers américains.

« Je sais que ce lieutenant-général à la retraite, qui a cumulé des années d’expérience de travail avec les États-Unis, possède les relations et l’expérience nécessaires pour aider à établir un dialogue constructif avec la nouvelle administration », explique M. Trudeau dans un communiqué annonçant la nomination d’Andrew Leslie.

Contacts chez les militaires

Député d’Orléans, en Ontario, depuis 2015, M. Leslie est aussi le whip en chef du gouvernement. Tout au long d’une carrière militaire de 35 ans, il a tissé des liens étroits avec plusieurs membres de l’état-major américain, notamment lors de la mission canadienne en Afghanistan, qu’il a dirigée. Il a d’ailleurs été décoré en 2007 de la Légion du mérite aux États-Unis en reconnaissance de sa collaboration avec l’armée américaine.

Donald Trump a nommé deux anciens généraux à des postes clés de son cabinet : James Mattis à la Défense et John Kelly à la Sécurité intérieure. Il a aussi demandé au général à la retraite Michael Flynn de le conseiller sur les questions de sécurité nationale.