L’usine gaspésienne de LM Wind Power Canada s’agrandit et embauche

Éoliennes à Cap-Chat, en Gaspésie
Photo: Alexandre Shields Le Devoir Éoliennes à Cap-Chat, en Gaspésie

Après avoir décroché un important contrat l’an dernier aux États-Unis, l’usine gaspésienne de LM Wind Power Canada, qui fabrique des pales d’éoliennes, reçoit un coup de pouce financier de 5,7 millions de l’État québécois afin d’asseoir sa croissance.

La superficie des installations devrait ainsi croître d’environ 40 % dans le cadre d’un investissement totalisant plus de 12 millions. Cela permettra à l’entreprise, qui compte près de 300 employés en Gaspésie, d’augmenter la taille de son effectif à plus de 450 salariés d’ici la fin de l’année.

Formation de la main-d’oeuvre

« La production va croître de façon importante », a expliqué vendredi le directeur de l’usine de Gaspé, Alexandre Boulay, au cours d’un entretien téléphonique, sans toutefois fournir plus détails, citant des raisons concurrentielles.

Sur les 5,7 millions de l’aide financière gouvernementale, un montant de 1,4 million a été versé sous forme de subvention destinée à de la formation pour la main-d’oeuvre. Le coup de pouce financier a été confirmé dans le cadre d’une conférence de presse à Gaspé à laquelle ont pris part les ministres de l’Économie, Dominique Anglade, de l’Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Arcand, et celui responsable de la région, Sébastien Proulx. « Des projets comme [celui-ci] génèrent des retombées considérables en matière d’exportation en plus de créer des emplois de qualité dans nos régions », s’est félicitée Mme Anglade, par voie de communiqué.

Le contrat obtenu auprès du turbinier General Electric pour le remplacement de pales dans des parcs éoliens notamment situés au Texas a considérablement redressé la situation de l’usine, dont le carnet de commandes était pratiquement à sec. « Ce n’est pas un secret, nous étions très inquiets », a dit M. Boulay, faisant allusion au ralentissement du développement de la filière éolienne québécoise, qui génère quelque 5000 emplois.

Pas d’inquiétude

Depuis des employés travaillent maintenant sept jours sur sept et 24 heures sur 24, a ajouté le directeur de l’usine. Des modifications aux quarts de travail ont également été apportées. Les pales fabriquées seront transportées par camion jusqu’à New Richmond dans la Baie-des-Chaleurs pour ensuite être acheminées au sud de la frontière par voie ferroviaire.

Malgré l’intérêt du président désigné Donald Trump et de son administration à l’égard des énergies fossiles aux États-Unis, M. Boulay ne s’est guère montré inquiet pour les perspectives de l’industrie éolienne. « Là-bas, le dossier énergétique est surtout géré par les États, a-t-il rappelé. Les règles sont claires. Avec un coût de revient de plus en plus bas, cette industrie est très concurrentielle. »

Fondée en 2005, LM Wind Power Canada est une filiale de la société danoise LM Wind Power qui exploite 13 usines dans huit pays. Elle a récemment été achetée par General Electric.


 
2 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 14 janvier 2017 07 h 53

    Les voiles

    L'industrie de l'éolien à le proverbial "vent dans les voiles".

  • Yvon Beaudoin - Abonné 14 janvier 2017 09 h 12

    5000 emplois???

    Où sont les 5000 emplois de l'industrie éolienne? Le journaliste devrait verifier ces sources avant d'écrire n'importe quoi. Subventionner une multinationale comme G.E. Est un peu surprenant surtout que celle-ci a laissé sur son passage quelques squelettes d'usine au Quebec comme l'usine de fabrication de turbines a Lachine ou celle situé au nord du boulevard Charest dans la basse-ville de Quebec.