Gildan acquiert la marque American Apparel

Gildan a acquis certains actifs ainsi que les droits de propriété intellectuelle d’American Apparel, mais pas les magasins.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir Gildan a acquis certains actifs ainsi que les droits de propriété intellectuelle d’American Apparel, mais pas les magasins.

Fondée par le Montréalais d’origine Dov Charney en 1989, American Apparel, dont le siège social se trouve actuellement à Los Angeles, se rapprochera de ses racines.

En allongeant 88 millions $US, le fabricant montréalais de vêtements Gildan a remporté les enchères lui permettant de mettre la main sur la populaire marque californienne de vêtements prêt-à-porter en faillite. C’est 22 millions de plus que le montant initialement proposé par Gildan en novembre.

Annoncée mardi, cette transaction permet au fabricant de sous-vêtements, de chaussettes et de t-shirts d’acquérir certains actifs ainsi que les droits de propriété intellectuelle d’American Apparel, mais pas les magasins, ce qui suppose qu’ils finiront par fermer leurs portes. Gildan achètera également certains inventaires d’American Apparel dans le but d’assurer l’approvisionnement chez certains clients d’ici à ce que l’intégration de la marque soit complétée. « Nous sommes enthousiastes d’aller de l’avant avec cette acquisition », a souligné le président et chef de la direction de Gildan, Glenn Chamandy, par voie de communiqué.

Stratégie à venir

Gildan devrait également dévoiler plus de détails entourant l’intégration de la marque American Apparel dès le mois prochain, lorsqu’elle divulguera ses résultats du quatrième trimestre et de son exercice financier. American Apparel, connue pour ses publicités lascives, avait la particularité de fabriquer ses vêtements aux États-Unis, mais la société québécoise n’a toujours pas décidé si cette production continuera de se faire en sol américain.

« Nous sommes en train de déterminer quelle est la meilleure stratégie d’intégration à adopter », a affirmé le vice-président aux communications de Gildan, Garry Bell, au cours d’un entretien téléphonique. L’entreprise a acquis du matériel de production d’usines situées à Los Angeles, mais n’a pas exercé son option pour retenir les baux de ces usines ou des centres de distribution.

Selon M. Bell, American Apparel n’est pas seulement reconnue en raison de ses vêtements fabriqués aux États-Unis, mais aussi pour son style et ses stratégies de marketing. « C’est une marque qui a beaucoup de cachet », a-t-il affirmé, en rappelant que l’entreprise s’était protégée de ses créanciers à deux reprises au cours de la dernière année.

Marque prisée

American Apparel n’a pas engrangé de profits depuis 2010. Certains analystes financiers estiment que l’entreprise, dont les ventes annuelles étaient estimées à environ 150 millions pour 2016, pourra générer des profits en étant intégrée au secteur des vêtements imprimés de Gildan. « American Apparel vient bonifier l’offre actuelle de Gildan puisqu’il s’agit d’une marque prisée », a souligné Derek Dley, de Canaccord Genuity, dans un rapport envoyé par courriel.

Gildan a bonifié son offre pour mettre la main sur la marque American Apparel en raison de l’intérêt présumé d’entreprises comme Next Level Apparel et Color Image Apparel. M. Bell n’a pas voulu nommer les autres joueurs, affirmant que les détails devraient être dévoilés au cours des prochains jours par un tribunal des faillites de l’État du Delaware.

En 2014, American Apparel avait congédié M. Charney dans la foulée d’allégations d’inconduite sexuelle. Ce dernier, qui réfute ces allégations, a répliqué en intentant une poursuite en diffamation contre l’entreprise qu’il a fondée en plus d’avoir tenté, sans succès, d’en reprendre le contrôle.

La plupart des employés de Gildan se trouvent dans des usines à faibles coûts de production situées dans les Antilles, en Amérique centrale ainsi qu’au Bangladesh. L’entreprise exploite également des centres de distribution dans le sud des États-Unis.