La neige et la faible valeur du dollar comblent les stations de ski

Météomédia a prévu des neiges abondantes cet hiver dans les Rocheuses et des chutes de neige normales dans les Prairies.
Photo: Source Stoneham Christian Tremblay Météomédia a prévu des neiges abondantes cet hiver dans les Rocheuses et des chutes de neige normales dans les Prairies.

Calgary — Des chutes de neige précoces et abondantes et la faible valeur du dollar donnent de l’espoir aux stations de ski à travers le pays, qui aimeraient bien connaître une avalanche de profits cette saison.

La station de Mont-Tremblant a pu ouvrir le 24 novembre cette année, grâce à une combinaison de neige artificielle et de neige fraîche. À Noël, l’an dernier, elle n’avait toujours pas connu de véritable accumulation de neige naturelle. Saint-Sauveur a également ouvert en novembre, et Ski Bromont, le 9 décembre dernier. L’Association des stations de ski du Québec avait admis, en décembre dernier, que le début de saison avait été plus lent que d’habitude, en raison du manque de neige.

Du côté des Rocheuses, Matt Mosteller, vice-président principal chez Resorts of the Canadian Rockies, affirme que les réservations de forfaits hôtel et ski par des clients américains sont en hausse de 80 % comparativement à l’an dernier dans ses quatre stations de l’Alberta et de la Colombie-Britannique. Selon lui, l’abondance de neige et la valeur de la devise canadienne forment une « recette incroyable pour obtenir du succès auprès du marché américain ». Il donne comme exemple le Kicking Horse Mountain Resort de Golden, en Colombie-Britannique, qui a connu des chutes de neige record pour un début de saison, soit 3,35 mètres.

600$
Ce que les Canadiens prévoient de dépenser en moyenne pour les Fêtes.

Source: CIBC

Le huard, qui était à parité avec le dollar américain il y a quatre ans, vaut aujourd’hui environ 75 ¢ US, soit un peu plus qu’il y a 12 mois.

Météomédia a prévu des neiges abondantes cet hiver dans les Rocheuses et des chutes de neige normales dans les Prairies. Le sud de l’Ontario et le Québec devraient affronter davantage de tempêtes de neige après un hiver sec, l’an dernier. La station Blue Moutain, à Collingwood, au nord de Toronto, n’avait pas pu ouvrir avant le 30 décembre l’an dernier, ce qui représentait le début de saison le plus tardif de son histoire. Cette année, elle a commencé à accueillir les skieurs le 11 décembre.

À la suite d’une récente étude s’appuyant sur les ventes de billets d’avion par les agences de voyage américaines, la compagnie Airlines Reporting a dit s’attendre à une hausse de 10 % des déplacements aériens pour des voyages de ski faits par des Américains à Montréal, Calgary et Vancouver pendant la saison de ski, de novembre à mars.

Moins de dépenses pour les Fêtes

Par ailleurs, de nombreux Canadiens prévoient de dépenser en moyenne près de 600 $ au cours de leur magasinage des Fêtes, selon un sondage commandé par la Banque canadienne impériale de commerce (CIBC). Cette somme se situe à 8 % en deçà de la valeur de budget moyen de l’an dernier. Le sondage indique toutefois que 51 % des répondants s’attendent à dépasser leur budget.

Le coup de sonde révèle par ailleurs que les Albertains dépenseront 6 % plus cet hiver — en moyenne 688 $—, tandis que les Ontariens et les Québécois ont coupé dans leur budget — respectivement de 12 % et de 10 %. Les résidants des provinces atlantiques, bien qu’ils entendent réduire de 7 % leurs dépenses des Fêtes, restent les plus gros acheteurs de cadeaux du pays. Les Canadiens entendent débourser en moyenne 803 $ à cet effet.

Les jeunes de la génération Y ont quant à eux revu à la baisse leur budget des Fêtes de 14 %, qui s’élève à 400 $, en moyenne. Les Canadiens de cette tranche d’âge sont également plus enclins à acheter à crédit.

Le sondage de la CIBC a été complété en ligne par 1516 personnes sélectionnées au hasard par un comité du Forum Angus Reid. L’exercice a été fait entre le 2 et le 4 décembre et comporte une marge d’erreur de plus ou moins 2,5 pour cent, 19 fois sur 20.