Marchés boursiers - Toronto termine en hausse grâce à l'énergie

Toronto — La Bourse de Toronto a terminé en hausse hier après avoir profité de la vigueur des titres de l'énergie pour couronner un cinquième mois positif d'affilée.

L'indice phare du S&P/TSX, présentement à son meilleur niveau en plus de trois ans, a progressé de 50,65 points, ou 0,6 %, à 8788,49. À Wall Street, l'indice Dow Jones des 30 industrielles a gagné 3,78 points, à 10 583,92, soit une hausse inférieure à 0,1 %. Le S&P 500, plus large, a clôturé inchangé à 1144,94 tandis que le Nasdaq composé a quant à lui reculé de 0,1 %, à 2029,82.

Le secteur de l'énergie à Toronto, qui bénéficie des préoccupations entourant le niveau des stocks d'essence, a pris 1 % tandis que celui de la santé s'est adjugé 0,9 %. Huit des dix sous-indices ont terminé sur une note positive.

Le marché a également tiré profit des opérations des gestionnaires de fonds qui apportent depuis quelques jours des ajustements à leurs portefeuilles pour leur donner fière allure en cette fin de mois. «Si vous voulez avoir un portefeuille intéressant à la fin du mois, vous commencez à acheter dans les derniers jours et c'est la raison pour laquelle le marché était un peu plus ferme», a dit Irwin Michael, gestionnaire chez ABC Funds.

À Wall Street, la journée aura notamment été marquée par l'envolée de 10,9 % du titre Living Omnimedia, société de la styliste Martha Stewart. Au procès de celle-ci, le président du tribunal a décidé hier de ne pas retenir le chef d'accusation de fraude boursière, les éléments présentés par l'accusation étant selon lui insuffisants pour que le jury puisse se prononcer.

Les marchés boursiers américains ont cependant terminé la séance d'hier pratiquement inchangés après avoir effacé les légers gains provoqués en séance par la publication de statistiques relativement encourageantes du PIB et de l'industrie dans le Midwest.

Sur l'ensemble de la semaine, le Dow Jones cède 0,3 %, et le Nasdaq composé, 0,4 %, tandis que le S&P 500 gagne 0,1 %. En février, le Dow Jones aura progressé de 0,9 %, et le S&P 500, de 1,2 %, mais le Nasdaq a perdu 1,8 %.

Cours excessifs

Beaucoup de cours étant considérés comme excessifs, les marchés ne sont pas parvenus à conserver la légère progression provoquée en séance par des statistiques relativement encourageantes du PIB et de l'industrie dans le Midwest. «Il n'y avait rien de phénoménal dans les indicateurs de ce matin, mais le marché a tiré un certain réconfort de voir que les chiffres étaient légèrement meilleurs que prévus et qu'il n'y avait pas d'énormes déceptions», commentait l'analyste Phil Orlando (Federated Investors) avant que des prises de bénéfices ne fassent fondre la timide progression de la cote.

Le département du Commerce a révisé en très légère hausse, à 4,1 % contre 4 % son estimation de croissance pour les États-Unis au quatrième trimestre. L'indice des directeurs d'achat de Chicago a reculé à 63,6 en février contre 65,9 en janvier, mais traduit une expansion de l'activité pour le dixième mois d'affilée. La composante de l'emploi a augmenté, ce qui pourrait amener les économistes à revoir en hausse leurs prévisions pour les chiffres de l'emploi pour février attendus vendredi prochain.

L'indice de confiance des consommateurs de l'université du Michigan a reculé à 94,4, dans sa version définitive, mais s'avère supérieur aux prévisions.