Les économistes attendent toujours une réduction des taux de la Banque du Canada - L'économie canadienne a crû de 3,8 % au quatrième trimestre

Ottawa — L'économie canadienne a crû au taux annualisé de 3,8 % au quatrième trimestre, mais les économistes ont estimé que cette meilleure performance que prévu ne renverserait pas leurs attentes d'une nouvelle réduction des taux d'intérêt par la banque centrale la semaine prochaine.

Pour l'ensemble de 2003, le PIB canadien a affiché une croissance de 1,7 %, contre 3,3 % en 2002.

Statistique Canada a attribué hier l'amélioration de la performance économique du quatrième trimestre au redressement des exportations et l'augmentation des stocks des entreprises. Il y a cependant toujours peu de signes d'une augmentation de la demande nationale, un élément clé de la reprise de la reprise économique canadienne d'après la Banque du Canada.

L'agence gouvernementale a par ailleurs révisé la croissance économique du troisième trimestre à 1,3 % sur une base annualisée, contre le taux de 1,1 % initialement rapporté. Le PIB s'est replié de 1% au deuxième trimestre.

Les taux d'intérêt

Les économistes tablaient en moyenne sur une croissance de 3,1 % au dernier trimestre 2003. D'après eux, ces plus récentes données — qui signalent la meilleure performance de l'économie canadienne en six trimestres — soulèvent des questions quant à l'avenir des taux d'intérêt canadiens, même si une réduction par la Banque du Canada semble toujours probable pour la semaine prochaine. «Je crois que nous sommes toujours prêts pour une réduction de 25 points de base la semaine prochaine», a estimé Andrew Pyle, économiste chez Scotia Capitaux, à la lecture du rapport de Statistique Canada. «[Le rapport sur le PIB] pourrait placer la banque dans une situation d'attente au-delà de mars et cela pourrait injecter un peu de doute dans le marché», a-t-il ajouté.

La croissance du quatrième trimestre sur une base non annualisée a atteint 0,9 % par rapport au troisième trimestre et s'est avérée supérieure de 1,6 % à celle du dernier trimestre 2002, a noté Statistique Canada.

Les prix pour l'ensemble de l'économie, tels que mesurés par l'indice de prix en chaîne du PIB, ont légèrement augmenté de 0,1 %, après avoir progressé de 0,9 % au troisième trimestre, a précisé l'agence.

La Banque du Canada, qui a réduit son taux d'intérêt directeur d'un quart de point de pourcentage le mois dernier, annoncera mardi prochain sa nouvelle décision sur son taux de financement à un jour.

D'après Statistique Canada, l'augmentation des stocks des entreprises a été plus que trois fois supérieure à celle du troisième trimestre, tandis que les dépenses des consommateurs sont restées inchangées et que les ventes d'automobiles ont chuté. «S'il n'y a qu'une note de prudence ici c'est qu'une grande part de la croissance est liée à ce gros bond des stocks», a dit Doug Porter, économiste pour BMO Nesbitt Burns.