Un juge bloque la vente d'actions par Black

New York — Un juge du Delaware a bloqué le projet de Conrad Black de vendre son bloc d'actions dans le groupe Hollinger à des milliardaires britanniques, ce qui aurait permis à ceux-ci de prendre le contrôle du groupe de presse Hollinger International ainsi que de quotidiens tels que le Daily Telegraph de Londres, le Chicago Sun-Times et le Jerusalem Post.

Dans un important jugement rendu tard hier,le juge Leo Strine, de la Cour de chancellerie du Delaware (où Hollinger International est incorporé), écrit que M. Black «a violé ses responsabilités contractuelles de fiduciaire de façon persistante et sérieuse». Il ajoute que sa conduite pourrait porter un «grave préjudice» à Hollinger International ainsi qu'à ses actionnaires.

Le juge empêche Conrad Black de modifier les règles de gouvernance de Hollinger International, ce qui lui aurait permis d'exercer un plus grand contrôle sur le conseil d'administration. D'autre part, il maintient les mesures qui avaient été mises en place par des membres dissidents du conseil pour empêcher M. Black de vendre son bloc d'actions à deux frères jumeaux britanniques, David et Frederick Barclay.

Dans ce procès au cours duquel M. Black a lui-même été appelé à la barre, le juge devait décider si Hollinger inc., qui détient 73 % des droits de vote de Hollinger International mais seulement 30 % de ses actions, avait le droit de modifier unilatéralement les règlements de sa filiale.