Un plan d’aide imminent pour les producteurs laitiers

Les producteurs laitiers du Québec, qui représentent plus de 5600 fermes, croient que l’impact financier sur les ventes de lait perdues se chiffrera à 150 millions pour l’ensemble du pays.
Photo: iStock Les producteurs laitiers du Québec, qui représentent plus de 5600 fermes, croient que l’impact financier sur les ventes de lait perdues se chiffrera à 150 millions pour l’ensemble du pays.

Le programme d’indemnisation qui aidera les producteurs laitiers canadiens à affronter l’arrivée de fromages européens sera dévoilé « dans les prochains jours ou les prochaines semaines ».

Cette précision, faite par un haut fonctionnaire mercredi lors d’une séance d’information technique organisée par Affaires mondiales Canada, survient alors que l’industrie laitière s’impatiente devant l’absence de détails même si le Canada et l’Europe ont officiellement signé l’Accord économique et commercial global il y a quelques jours à Bruxelles.

Au lendemain de la signature, la ministre du Commerce international, Chrystia Freeland, avait affirmé que les programmes de transition seraient « finalisés et annoncés avant la mise en oeuvre » de l’accord, sans en dire davantage.

17 700 tonnes de fromage

L’accord de libre-échange, dont les négociations ont duré sept ans, autorisera l’Europe à expédier au Canada 17 700 tonnes de fromage supplémentaire par année. De cette quantité, 16 000 tonnes seront des fromages fins, ce qui fait craindre le pire aux producteurs laitiers et fromagers québécois, dont plusieurs en ont fait une spécialité.

Les producteurs laitiers du Québec, qui représentent plus de 5600 fermes, croient que l’impact financier sur les ventes de lait perdues se chiffrera à 150 millions pour l’ensemble du pays.

Le programme d’aide répondra aux préoccupations des producteurs et des transformateurs, a dit lors de la séance d’information le personnel d’Affaires mondiales Canada, que les médias peuvent citer sans toutefois nommer.

« Il y a diverses estimations sur l’impact de l’Accord économique et commercial global, mais il y a un consensus, je crois, sur le fait que l’impact consistera à réduire la croissance potentielle de l’industrie »,a dit un des hauts fonctionnaires participant à la séance d’information. « Alors, l’aide à la transition visera à appuyer l’industrie à être compétitive et à mieux réagir aux importations de l’Europe, mais aussi des autres pays. »

Fermetures ?

De façon spécifique, l’entente ouvre aux Européens 4 % du marché canadien actuel. Invité à dire si le gouvernement fédéral prévoit la fermeture de fermes locales un peu partout au pays, un des hauts fonctionnaires a dit : « Non, nous ne nous attendons pas du tout à ça. »

Cette fenêtre de 4 % dont pourra se prévaloir l’Europe « n’est pas une promesse faisant en sorte que les Européens vont vendre du fromage jusqu’à ce seuil »,a dit le haut fonctionnaire, mais « une occasion potentielle qui s’offre à eux ». Il s’agit là d’une « part de marché relativement limitée ».

Pour le porte-parole des Producteurs de lait du Québec, François Dumontier, il n’y a aucun doute que les Européens vont expédier tout le fromage permis par l’accord. « Ce fromage-là va entrer. Et quelle que soit la croissance du marché, c’est 17 700 tonnes de fromage qu’on aurait pu faire ici avec du lait d’ici. […] Pour nous, il y aura une perte permanente de 17 700 tonnes. »

Si le marché est en croissance au Québec et au Canada, a dit M. Dumontier, c’est grâce au talent de l’industrie et aux investissements effectués au cours des dernières années.

Les Producteurs de lait du Québec chiffrent à 12 000 $ par ferme, en moyenne, l’impact financier de l’accord de libre-échange. L’an dernier, alors que le spectre du Partenariat transpacifique (PTP) semait l’émoi dans le secteur agricole, le gouvernement Harper avait annoncé un plan de soutien de 4,3 milliards sur 15 ans. L’impact du PTP sur l’industrie laitière était estimé à 250 millions.