Six jours après le déclenchement de la grève - Les négociations reprennent entre le CN et les TCA

Le CN et le syndicat représentant 5000 de ses employés en grève vont reprendre les négociations en vue de trouver un règlement à ce conflit de travail qui affecte d'importants clients du CN, tels que les constructeurs automobiles.

Le retour à la table des négociations a été annoncé hier, six jours après le déclenchement de la grève par des employés des bureaux, des ateliers, des installations intermodales ainsi que du service à la clientèle. Ces employés sont membres du syndicat des Travailleurs canadiens de l'automobile (TCA).

«Les médiateurs du gouvernement fédéral ont demandé aujourd'hui [hier] au CN et aux TCA de reprendre les négociations», a déclaré un porte-parole du CN, Mark Hallman. Les médiateurs assistent les deux parties depuis la semaine dernière.

Un porte-parole des TCA, Abe Rosner, a précisé que les négociateurs syndicaux de partout au pays devaient arriver à Montréal tard dans la journée d'hier. Les négociations, qui portent sur les salaires et les conditions de travail, avaient été rompues jeudi de la semaine dernière.

Service perturbé

La direction du CN continuait d'affirmer hier que son service fonctionne presque normalement. Le président de l'Association canadienne du transport industriel, Bob Ballantyne, qui représente les utilisateurs du transport ferroviaire, affirme toutefois que certains de ses membres se plaignent d'une détérioration de ce service.

«Nous commençons à recevoir des témoignages de gens qui se plaignent d'une véritable détérioration», a dit M. Ballantyne. La réalité décrite par certains expéditeurs est bien différente de celle présentée par le CN dans ses communiqués de presse», a-t-il ajouté.

Il a dit que les plaintes provenaient de partout au Canada «et il semble que les gens qui doivent transporter des conteneurs à l'intérieur et à l'extérieur des installations intermodales soient confrontés à de longs délais».

L'industrie automobile a toutefois repris son rythme normal hier, après les perturbations des deux jours précédents. Mardi, Ford du Canada avait renvoyé à la maison 3700 travailleurs de trois usines d'assemblage en Ontario, après que certains de ses employés membres des TCA eurent refusé de décharger la marchandise qui se trouvait à bord de wagons du CN, en guise de solidarité avec les grévistes du CN.

M. Hallman a dit que Ford avait demandé au CN de reprendre le transport de pièces par train à ses usines de Saint Thomas et d'Oakville.