Des Premières Nations demandent à Ottawa de condamner Enbridge

Un membre d’une tribu sioux du Dakota, Robert Ironshield Jr., participant à une manifestation d’opposants au projet d’oléoduc d’Enbridge
Photo: Jeremy Papasso Associated Press Un membre d’une tribu sioux du Dakota, Robert Ironshield Jr., participant à une manifestation d’opposants au projet d’oléoduc d’Enbridge

Ottawa — Une alliance de Premières Nations qui s’oppose à l’élargissement de la filière des sables bitumineux demande à Ottawa de condamner le géant de l’énergie Enbridge, qui aurait apparemment violé les droits de peuples autochtones aux États-Unis.

Au Dakota du Nord, des centaines de membres de la Première Nation sioux Standing Rock ont participé à de grandes manifestations contre le projet d’oléoduc Dakota Access, qui selon eux endommagerait les réserves d’eau dans la région et mettrait en danger des lieux sacrés.

Enbridge indique qu’elle n’est pas encore propriétaire du réseau d’oléoducs Bakken, qui est responsable du projet Dakota Access.

L’entreprise dit surveiller de près la situation au Dakota du Nord et souligne que son investissement prévu pour une participation minoritaire n’est pas lié à la construction ou la gestion du projet.

Le bureau du premier ministre a redirigé toute demande de commentaires au bureau du ministre des Ressources naturelles, Jim Carr, qui n’a pas fait référence aux manifestations au Dakota du Nord ou à Enbridge.

Le bureau du ministre a indiqué que le gouvernement acceptait « tous les points de vue et les opinions » sur l’avenir du secteur de l’énergie au Canada et il a encouragé tous les citoyens à s’exprimer pacifiquement.