Hydro-Québec a de meilleures options, conclut le BAPE

Au cours des derniers mois, Hydro-Québec a fait valoir que la centrale de TransCanada, à Bécancour, peut répondre à ses besoins en puissance à un prix très compétitif.
Photo: Getty Images Au cours des derniers mois, Hydro-Québec a fait valoir que la centrale de TransCanada, à Bécancour, peut répondre à ses besoins en puissance à un prix très compétitif.

Hydro-Québec dispose d’options plus avantageuses sur le plan du développement durable pour répondre à ses besoins énergétiques en période hivernale que le recours à la centrale de gaz naturel de TransCanada à Bécancour, conclut le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

Le rapport publié jeudi est consacré à l’analyse d’un projet de stockage et de regazéification de gaz naturel liquéfié pour alimenter la centrale de TransCanada, mais le BAPE y souligne à grands traits qu’Hydro-Québec devrait examiner d’autres options pour ses besoins en puissance avant d’utiliser la centrale.

La société d’État pourrait par exemple récupérer de l’énergie en limitant la consommation d’électricité grâce aux compteurs « intelligents » ou profiter de l’échange d’électricité avec l’Ontario pour dégager une marge de manoeuvre, plutôt que d’acquérir de l’énergie supplémentaire d’origine thermique.

« Hydro-Québec Distribution a devant elle quelques années pour tenter de récupérer une partie de la puissance disponible dans l’important bassin de la consommation actuelle en pointe hivernale », lit-on dans le rapport.

Position nuancée

 

Une entente entre Hydro-Québec et TransCanada Energy pour l’utilisation de la centrale au gaz naturel de Bécancour lors des périodes de pointe avait été approuvée par la Régie de l’énergie en octobre 2015. Mais en juillet dernier, cette décision a été invalidée parce qu’Hydro-Québec n’a pas eu recours au processus d’appel d’offres.

Au cours des derniers mois, Hydro-Québec a fait valoir que la centrale peut répondre à ses besoins en puissance à un prix très concurrentiel. Mais il y a quelques jours, lors de son passage dans la région de Trois-Rivières, le président-directeur général de la société d’État, Éric Martel, a nuancé cette position. « Je ne veux pas investir dans quelque chose dont on n’aura pas besoin », a-t-il déclaré à Radio-Canada Mauricie–Centre-du-Québec.

« Le rapport constate avec raison une baisse de nos besoins en puissance en pointe, affirme le porte-parole d’Hydro-Québec Marc-Antoine Pouliot. On constate qu’il y a des changements de comportement et des changements technologiques qui font en sorte que, pour la puissance, il faut agir avec prudence. On va prendre l’hiver pour voir si ce qu’on a observé l’hiver dernier se poursuit. En fonction de nos observations à la fin de l’hiver, on va voir ce qu’on fait avec le projet à Bécancour. » Hydro-Québec n’exclut cependant pas le recours à la centrale au terme de cette réflexion.

Le plan d’approvisionnement 2017-2026 d’Hydro-Québec, qui sera déposé la semaine prochaine, permettra par ailleurs de connaître les prévisions des besoins énergétiques de la société d’État pour les dix prochaines années.

Northern Pass : pas d’inquiétude

Dans un autre dossier, le revers subi par Hydro-Québec en Nouvelle-Angleterre, où la société d’État n’est pas parvenue à décrocher un important contrat de fourniture d’électricité, ne remet pas en cause le projet Northern Pass, assure le vice-président, développement des affaires, acquisitions et stratégies, Steve Demers.

Hydro-Québec a soumis deux propositions dans le cadre de l’appel d’offres effectué par les États du Massachusetts, du Connecticut et du Rhode Island pour s’approvisionner en énergie propre : l’une avec Eversource, son partenaire dans le projet de ligne de transport Northern Pass, et l’autre avec des partenaires du Vermont et de l’État de New York. Au terme du processus, Hydro-Québec a mordu la poussière.

« Le fait que le projet [Northern Pass] n’ait pas été retenu dans l’appel d’offres ne change rien à l’objectif de le réaliser », explique M. Demers en entrevue au Devoir.

La société d’État a maintenant les yeux rivés sur le Massachusetts, qui devrait lancer un nouvel appel de propositions en 2017 pour la fourniture de près de 10 TWh par année. En comparaison, la capacité annuelle maximale du projet Northern Pass avoisinera les 8 TWh, estime Hydro-Québec.

« Est-ce que [le projet Northern Pass] va se réaliser avec l’appel d’offres du Massachusetts ou avec une autre formule ? Difficile à dire. Mais il y a une tendance de fond très claire : les marchés voisins du Québec veulent augmenter leurs approvisionnements d’Hydro-Québec », souligne le vice-président.

La portion québécoise du projet Northern Pass — la ligne Québec-New Hampshire — est présentement étudiée par le BAPE, qui devrait remettre son rapport au gouvernement en janvier prochain. L’entrée en service des portions québécoise et américaine du projet est prévue en 2019.

À voir en vidéo